L’auteur de l’enlèvement d’une adolescente près de Rennes a été mis en examen pour viol

Interpellé mercredi 30 mai 2018, un homme de 50 ans a été mis en examen pour l’enlèvement et le viol d’une jeune fille de 12 ans vendredi 1er juin 2018.

fdsainteanneL’auteur de l’enlèvement d’une adolescente à Sainte-Anne-sur-Vilaine a été identifié et mis en examen. (©L’Éclaireur)

Interpellé mercredi 30 mai 2018, le suspect est passé aux aveux. L’homme de 50 ans était soupçonné d’avoir orchestré l’enlèvement, dans la soirée du mardi 29 mai, de la petite Camille, 12 ans, à Sainte-Anne-sur-Vilaine (Ille-et-Vilaine). L’adolescente avait été retrouvée deux heures plus tard, près du cimetière de la commune.

L’enquête ouverte par les gendarmes, puis transférée au parquet de Rennes, avait permis d’identifier un premier suspect. Ce dernier, en garde à vue depuis près de 48 heures, a été mis en cause.

Dans un communiqué, le Procureur de la République, Nicolas Jacquet, souligne : « une information judiciaire a été ouverte le 1er juin 2018 par le parquet de Rennes, pour enlèvement, séquestration et viol sur mineur de quinze ans à l’encontre d’un homme de 50 ans, qui a été mis en examen de ces chefs à l’issue de son défèrement devant le juge d’instruction. Le parquet a requis la détention provisoire à son encontre. »

« Abusée » sexuellement

Il a également été indiqué que la jeune fille, retenue par l’homme, a été « abusée » par ce dernier avant d’être « reconduite non loin du lieu de l’enlèvement où elle était recueillie par des passants. »

Dès le début de l’enquête, de très importants moyens humains et d’investigations ont été déployés par les services de la Section de Recherches de Gendarmerie de Rennes ainsi que le Groupement de Gendarmerie d’Ille-et-Vilaine. Cette mobilisation d’ampleur a rapidement permis de localiser le lieu de la séquestration et d’identifier le mis en cause. Les perquisitions opérées notamment dans la voiture utilisée par le suspect ont permis de découvrir de nombreux indices corroborant les dires de la jeune fille et accréditant ses propos. Devant les éléments recueillis par les enquêteurs, le gardé à vue a reconnu les faits tels que décrits par la fillette. »

Pour toute explication, le mis en cause, qui réside « depuis quelques années » à Sainte-Anne-sur-Vilaine, a confié « être dépressif ».

Le quinquagénaire avait été condamné à une reprise, en 2011, pour des faits de « violences intra-familiales ». « Il ne présente aucun antécédent judiciaire relatif à des faits d’infractions sexuelles », poursuit le Procureur avant de conclure : « les investigations vont se poursuivre dans le cadre de l’information judiciaire, notamment sur le plan de la personnalité du mis en examen. »

Source : Actu.fr

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.