L’ancien siège de la gendarmerie à Paris vendu

Le bâtiment, qui a abrité le siège de la direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) jusqu’en février 2012 à Paris (XVIe), a été vendu à un promoteur et à une mutuelle, a-t-on appris vendredi au ministère du Budget.

Interrogé par l’AFP, le ministère a précisé que la vente avait eu lieu à l’issue d’un appel d’offres remporté par le groupe immobilier Nexity et la mutuelle Carac. Le ministère s’est refusé à livrer le montant de la transaction, soulignant seulement que le montant était « supérieur à l’estimation domaniale ».

Selon le ministère du Budget, le nouvel immeuble comprendra 50 % de logements sociaux et une crèche.

La Carac, mutuelle d’épargne et de retraite, et son partenaire Nexity ont bien remporté l’appel d’offres lancé par l’Etat, a confirmé vendredi après-midi à l’AFP la Carac.

Mais, selon la Carac, l’acte définitif de vente n’est pas encore signé et quelques points de négociations sont encore en cours actuellement.

« Ce projet de 11.500 m2, ajoute la Carac, comprendra une crèche, 30 % de logement social, 20 % de logement étudiant et 50 % de logement libre qui resteront propriété de la Carac ».

Nexity sera le maître d’œuvre de cette opération d’aménagement dont le projet architectural a été confié à l’architecte Louis Paillard et le projet « s’inscrira dans une démarche de développement durable en réutilisant l’espace bâti existant », assure la Carac. Ainsi la façade sera conservée.

Si les négociations avec l’Etat aboutissent rapidement, ce projet pourra prendre une forme définitive en 2016, conclut la Carac.

Le Journal officiel avait publié mercredi une décision du ministère de l’Intérieur en date du 15 mai « portant déclassement du domaine public de l’Etat et désaffectation d’un immeuble domanial », 33 bis-35, rue Saint-Didier et 3, rue des Sablons à Paris (XVIe), adresse correspondant à l’ex-siège de la DGGN.

L’immeuble, sis sur une parcelle de 3.400 m2, est situé entre le Trocadéro et la place Victor-Hugo, l’un des quartiers les plus chers de Paris.

Une partie du produit de cette vente devrait être affectée au budget de la gendarmerie, a précisé à l’AFP une source proche du dossier.

La DGGN s’était installée en 1969 dans ce bâtiment du XIXème siècle, un ancien couvent. Elle a rejoint en février 2002 son nouveau siège construit autour du fort d’Issy-les-Moulineaux, près de Paris.

Source : cBanque

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *