L’adieu au département du colonel de gendarmerie Frédéric Saulnier

hier soir, dans les salons de la préfecture

Plusieurs centaines d’invités assistaient à ce cocktail de départ ,hier soir dans les salons de l’Hôtel des Intendants . / Photo DDM, Manu Massip

La plus belle formule qui résume par anticipation ce départ du patron des 377 gendarmes de Tarn-et-Garonne c’est de souhaiter comme lui-même l’a fait pour la poursuite des activités de «son» groupement, «Bon vent» au colonel Frédéric-Saulnier qui va rejoindre la direction centrale de la gendarmerie nationale à Paris. Si le Saint-Cyrien arrivé il y a un peu moins de quatre ans dans les locaux de la caserne de la Hire tourne une page de plus de sa brillante carrière, la cérémonie organisée hier dans les salons de l’hôtel des Intendants prouve combien l’homme, le colonel avait su se faire apprécier de nombre de services, d’élus et autorités de Tarn-et-Garonne. Le préfet Jean-Louis Géraud inaugurait le cycle allocutif en dressant le bilan des actions conduites par l’ensemble des forces de gendarmerie sous l’autorité du colonel Saulnier et les flatteurs résultats obtenus dans divers domaines. Succédant au préfet Marie-Françoise Serny d’Esparbès au nom du parquet tenait à souligner combien les relations entre les autorités judiciaires et les divers services judiciaires de la gendarmerie avaient été fructueuses grâce au colonel Saulnier. Il revenait ensuite au colonel Pidoux commandant la région Midi-Pyrénées de gendarmerie de rappeler les grandes étapes de la carrière du partant sorti de Saint-Cyr en 1988, passé par l’école de guerre, qui commanda d’abord à Versailles-Satory, puis à Saint-Brieuc avant d’être en charge de l’action judiciaire contre la délinquance à la direction générale de la gendarmerie nationale. Puis il évoquait les presque quatre années du colonel Saulnier passées en Tarn-et-Garonne avec les drames, les épreuves mais aussi l’engagement et le travail de tous ceux qui «ont contribué au rayonnement de la gendarmerie.»C’était enfin le partant lui-même qui ponctuait cette partie des allocutions circonstanciées de façon émouvante en précisant qu’en fait les hommages rendus par les précédents orateurs étaient avant tout destinés à l’ensemble de la gendarmerie départementale. Frédéric Saulnier avec émotion évoquait lui aussi les moments importants de son passage en Tarn-et-Garonne, de l’excellence des relations entre police et gendarmerie notamment. Il tenait aussi à mettre en valeur publiquement deux gendarmes qui prochainement prendront retraite de l’arme et dont le travail surtout judiciaire fut des plus remarquables tout au long de leurs parcours : le capitaine Christian Pérez et l’adjudant Gilles Basso. Par avance que le colonel accepte nos vœux de pleine réussite dans sa nouvelle affectation.

Source : La Dépêche

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *