L’accidenté à Cogolin renversé par les gendarmes?

L’interpellation s’est déroulée au niveau du rond-point, rue Carnot, à Cogolin.

L’interpellation s’est déroulée au niveau du rond-point.
Photo C. D.

Claude O., le père de l’homme victime d’un accident mardi en début d’après-midi à Cogolin ne décolère pas, et veut déposer plainte contre la gendarmerie.

Son fils, certes sous le coup d’un mandat d’arrêt, a été blessé lors de son interpellation.

Les gendarmes avaient mis en place un dispositif pour appréhender le Varois de 25 ans, recherché pour violences avec arme.

Le bras dans la roue ?

Au moment de le cueillir, au niveau de l’esplanade devant Pôle Emploi, rue Carnot, l’homme a pris la fuite, en courant.

Alors qu’il allait traverser la chaussée, un véhicule de gendarmerie est arrivé.
Selon le chef d’escadron de la compagnie de gendarmerie de Gassin, qui était sur place, l’homme s’est retrouvé barré par le véhicule, et a chuté.

Sur la fracture ouverte du bras du jeune homme, consécutive à cette chute, le militaire n’exclue aucune hypothèse : «Au moment où il a traversé la chaussée, le véhicule de gendarmerie a tout fait pour l’éviter en déviant sa trajectoire. Il n’a absolument pas été percuté. L’homme s’est cassé le bras, peut-être au moment de sa chute. Peut-être que le bras est passé sous la roue arrière ».

La brigade de recherches de la gendarmerie de Saint-Tropez est venue sur place procéder aux constatations.

Le chef d’escadron précise que l’homme était bien connu des services de police, pour des faits de violences, rébellion, usage de stupéfiants, utilisation de fausses identités. « C’est un individu dangereux, qui jouait à cache-cache avec la gendarmerie. D’où l’opération pour l’interpeller, durant laquelle il a fait une tentative de fuite».

Sauf que le père de l’homme ne l’entend pas de cette oreille.« Pourquoi ne l’ont-ils pas interpellé à son domicile à Sainte-Maxime plutôt que dans cette opération ? Cela aurait pu être bien plus grave, ils l’ont mis en danger ». Hospitalisé à Gassin, le prévenu aurait affirmé que les gendarmes lui avaient «roulé dessus».

Le père ne se prononce pas sur le caractère volontaire ou non de l’accident, mais insiste : «la voiture l’a bien percuté et a roulé sur son bras ».

Aucune caméra n’est installée sur place pour analyser les faits.

La petite amie de la victime de l’accident, sur place au moment des faits, ne souhaite pas se prononcer.

L’homme a en tout cas été déféré hier après-midi devant un juge d’instruction de Draguignan.

Il devait être incarcéré dans la soirée.

Source : Var Matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.