La vieille dame de 96 ans croyait avoir affaire aux gendarmes

Les policiers nationaux enquêtent actuellement sur une nouvelle méthode employée par des voleurs par ruse.

Vendredi vers 11 heures, une habitante de la rue Lemerchier âgée de 96 ans reçoit la visite de deux hommes qui prétextent vouloir se rendre compte de l’état de sa toiture. Pendant que l’un discute en bas avec la nonagénaire, l’autre monte dans les étages pour vérifier la charpente.

Les deux hommes repartent rapidement. Mais quelques heures plus tard, la dame reçoit un coup de fil. Son interlocuteur se fait passer pour un gendarme, enquêtant sur deux hommes qui lui auraient volé sa carte bleue à son domicile. Le faux gendarme lui demande alors son code de carte pour les besoins de l’enquête… La veille femme s’exécute.

L’escroquerie ne s’arrête pas là, puisque l’interlocuteur demande encore à la vieille dame de tenir à disposition de la gendarmerie des bijoux qu’un collègue passera prendre, pour les envoyer dans un laboratoire afin de réaliser des prélèvements ADN. Et vers 14 h 30, la dame a effectivement vu un deuxième faux gendarme sonner à sa porte, pour prendre les bijoux.

Le commissariat rappelle qu’en aucun cas, les personnes ne doivent donner leur code de carte bleue, car même au cours d’une enquête, les codes confidentiels ne sont jamais demandés. Il ne faut pas hésiter à appeler au commissariat ou à la gendarmerie pour vérifier la qualité des hommes qui se présentent. Enfin, il est recommandé de toujours demander à voir la carte professionnelle.

D.R.

Source : Courrier Picard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *