La retraite d’Izium. Un catalyseur pour « y aller sérieusement »

« Nous pouvons dire qu’aujourd’hui a été la meilleure journée, la deuxième meilleure journée de tous les temps, pour les Russes sur le territoire de l’Ukraine. Quelque chose doit être changé. Si vous demandez ce que les Russes devraient changer, pour dire la vérité, je ne sais pas. Mais je crois que s’ils ne changent rien après cette situation, cela signifie qu’il n’est pas nécessaire de poursuivre cette opération spéciale. Parce que les Ukrainiens ont réussi à rassembler un grand nombre d’infanterie. Certaines sources affirment, en plaisantant bien sûr, que les Ukrainiens disposent aujourd’hui d’une armée si importante que les autorités ukrainiennes n’ont qu’à leur donner des pierres. Et cette armée serait capable de briser la défense des Russes juste avec des pierres, car ils sont si nombreux. »

Ce qui précède est l’introduction du résumé de Dima sur les événements militaires d’hier en Ukraine.

L’opinion simpliste selon laquelle « la quantité a une qualité qui lui est propre » est généralement attribuée à Joseph Staline, le dirigeant géorgien de l’Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale (ainsi qu’avant et après celle-ci).

Staline avait tort, comme le prouve la deuxième bataille de Kharkov, mentionnée ici hier. En mai 1942, près d’Izium, les nazis ont largement battu une force soviétique de contre-attaque deux fois plus importante que la leur.

Staline avait également raison. En fin de compte, l’Union soviétique a simplement surpassé le Reich allemand et ses alliés dans presque tous les domaines – chars, avions, canons, munitions, carburant, nourriture et soldats – ce qui a permis sa victoire. (Le rôle très médiatisé des États-Unis dans cette affaire n’a été historiquement qu’accessoire).

La retraite russe d’hier de la région située entre Izium et la frontière russe a été un désastre pour la population (pro-)russe sur le terrain. C’était aussi la conséquence logique d’un manque de ressources militaires. Les forces militaires russes en Ukraine sont trop peu nombreuses pour tenir une ligne de front de 1 500 kilomètres de long, face à une armée ukrainienne qui dispose désormais a.) d’une force beaucoup plus importante sur le terrain, b.) ne s’inquiète pas des pertes humaines élevées et c.) d’un approvisionnement régulier en armes « occidentales ».

La Russie doit s’adapter à cette situation.

Hier, la demande la plus souvent citée par les commentateurs pro-russes était de « jeter le gant« , c’est à dire d’interdire sérieusement les livraisons d’armes « occidentales« , de détruire les ponts ukrainiens et autres infrastructures à double usage, de passer d’une « opération militaire spéciale » à une guerre.

Pourquoi les dirigeants politiques russes ne l’ont-ils pas encore fait ?

Pour les avoir observés pendant deux décennies, j’en conclu que les dirigeants politiques russes, et en premier lieu leur dirigeant actuel, Vladimir Poutine, sont guidés par deux principes directeurs. Le premier est de suivre la volonté du peuple. Le second est de mener des politiques rationnelles. Les scores élevés que Poutine et les autres dirigeants politiques obtiennent dans les sondages russes indépendants ne sont pas le fruit du hasard. C’est le résultat de politiques qui sont a.) rationnelles et bien expliquées et b.) tout à fait démocratiques dans la mesure où elles suivent l’opinion publique de la majorité des gens. Elles ne permettent pas à des groupes d’intérêt particuliers d’avoir une influence démesurée sur celle-ci.

La meilleure preuve en est la guerre que Poutine a menée contre les milliardaires qui, dans les années 1990 et au début des années 2000, ont tenté d’entrer en politique pour privilégier leurs intérêts sur tous les autres. Ils ont été vaincus et ceux qui ne se sont pas enfuis à Londres ont depuis cessé d’interférer avec l’État.

L’autre groupe qui a traditionnellement joué un rôle surdimensionné en Russie, surtout pendant la guerre froide, est le complexe militaro-industriel. Il s’est réduit pendant le règne d’Eltsine en raison des conséquences financières catastrophiques de sa campagne de privatisation malavisée. Sous Poutine, l’armée russe a été quelque peu ressuscitée, réarmée et dotée de ressources suffisantes. Mais elle a également été apprivoisée. Sous la direction du ministre de la défense Shoigu et du chef d’état-major Gerasimov, la priorité des politiques générales de l’État sur les besoins militaires perçus n’est plus discutable.

Les plus grands opposants aux politiques de Poutine sont les nationalistes, et non les clowns « occidentaux » et « libéraux » comme Navalny. Les nationalistes se trouvent à gauche, à droite et au centre de l’échiquier politique. Ils ne sont pas bien organisés, mais ils ont une voix dans tout le spectre politique. (L’ancien président Dimitri Medvedev s’adresse actuellement à ce public.) Les nationalistes ont même une voix dans les médias publics.

Voici les observations de Gilbert Doctorow sur leur récente position discutée dans d’éminents talk-shows russes :

Pour sa part, Vladimir Solovyov a dépassé la présentation de la menace posée par les États-Unis et leurs alliés pour analyser la réponse possible de la Russie. Il a parlé longuement, et nous pouvons supposer que ce qu’il disait avait l’approbation directe du Kremlin, …

Alors, qu’est-ce que Solovyov avait à dire ? Tout d’abord, que Ramstein marque une nouvelle étape dans la guerre, en raison de la nature plus menaçante des systèmes d’armes annoncés, tels que des missiles d’une précision de 1 à 2 mètres lorsqu’ils sont tirés à des distances de 20 ou 30 kilomètres grâce à leur vol guidé par GPS, contrairement aux missiles guidés par laser livrés à l’Ukraine jusqu’à présent. Dans la même catégorie, il y a des armes conçues pour détruire les systèmes radar des Russes utilisés pour diriger les tirs d’artillerie. Deuxièmement, Ramstein a marqué une nouvelle expansion de la coalition ou de la sainte croisade qui fait la guerre à la Russie.

Troisièmement, il ne s’agit plus d’une guerre par procuration, mais d’une véritable guerre directe contre l’OTAN, qui doit être poursuivie en mobilisant toutes les ressources nécessaires dans le pays et à l’étranger.

Selon Solovyov, la Russie doit se libérer des contraintes et détruire l’infrastructure ukrainienne à double usage qui permet de faire livrer des armes occidentales jusqu’au front. Le système ferroviaire, les ponts, les centrales électriques devraient tous devenir des cibles légitimes. En outre, Kiev ne devrait plus être épargné par les frappes de missiles. Il faut détruire les ministères et l’appareil présidentiel responsables de la poursuite de la guerre. Je note que ces idées ont été diffusées dans l’émission de Solovyov il y a plus d’un mois, mais qu’elles ont ensuite disparu car les Russes réalisaient d’importants progrès sur le terrain. Les derniers revers et les nouveaux risques associés aux politiques occidentales définies à Ramstein les ramènent à la surface.

La récente réunion à Ramstein a été conclue par la promesse d’une « assistance à long terme » à l’Ukraine et de transferts d’armes d’une qualité nouvelle.

De l’avis des nationalistes russes, cela exige une réponse. La Russie, selon eux, a besoin d’une escalade.

Le Kremlin était et reste extrêmement opposé aux pertes russes. Dans cette guerre, il donne la priorité aux vies russes sur tout le reste. Cela a bien fonctionné pendant les premiers mois de la guerre. D’après mes estimations, les pertes russes représentent jusqu’à présent environ un dixième des pertes ukrainiennes. Mais les dirigeants ukrainiens ne se sont jamais souciés du nombre de victimes. La question n’a donc pas vraiment d’importance pour eux.

La Russie avait pour objectif de « démilitariser » et de « dénazifier » l’Ukraine. La principale priorité géographique était de libérer les républiques populaires de Donetsk et de Louhansk. Le corridor terrestre vers la Crimée et la ville très russe de Marioupol étaient également des objectifs importants.

La démilitarisation, principalement par l’usage d’armes à longue portée, a bien fonctionné. L’Ukraine n’a plus d’industrie de défense. La dénazification est un processus en cours. Les unités « nationalistes » fascistes comme les bataillons Azov et leurs frères du Kraken et d’autres groupes ont été décimés.

La première phase de la guerre visait à pousser le gouvernement ukrainien à conclure un accord rapide. La menace sur Kiev était conçue pour y parvenir. Cela a presque marché. À la fin du mois de mars, Kiev acceptait de répondre aux exigences russes. Puis Boris Johnson a été envoyé pour pousser à la prolongation de la guerre pour « affaiblir la Russie« . Depuis, le président ukrainien Vladimir Zelenski obéit à cet ordre.

La Russie s’est retirée de Kiev et a entamé la phase 2 de la guerre. Depuis, l’oblast de Louhansk et le corridor terrestre vers la Crimée, notamment Marioupol, ont été gagnés. La libération de la République de Donetsk est au point mort. Le nombre de forces russes et alliées engagées dans la guerre est resté stable, voire a diminué au fil du temps. Pendant ce temps, les forces ukrainiennes se sont multipliées. Elles reçoivent une quantité très importante d’armes de sources « occidentales » et de nouvelles promesses pour continuer à les approvisionner. Même s’ils sont armés à un degré moindre, un plus grand nombre d’hommes compte dans le temps.

Cela a rendu possible des défaites potentiellement coûteuses, comme récemment sur le front d’Izium. L’armée russe s’est réadaptée à cette menace en réduisant le territoire occupé et en se concentrant sur les objectifs initiaux de cette guerre.

L’opinion publique russe, qui, au début, ne comprenait pas entièrement pourquoi la guerre était nécessaire, a depuis pris conscience de la situation. Elle comprend maintenant le grand jeu qui se joue contre son pays. Elle pourrait bientôt exiger d’ajuster le niveau des ressources consacrées à la guerre à celui nécessaire à une victoire décisive. Les sondages permettront de savoir si et quand ce point sera atteint.

C’est pourquoi Dima conclut que : « Nous pouvons dire qu’aujourd’hui a été la meilleure journée […] pour les Russes sur le territoire de l’Ukraine« .

Il est maintenant probablement assuré qu’ils seront libérés. D’une manière ou d’une autre.

Je pense également que le retrait de la région d’Izium, qui a laissé derrière lui un nombre important de civils pro-russes sous la menace mortelle de groupes fascistes de « filtration« , sera le catalyseur d’une escalade significative du côté russe.

Je peux, comme souvent, me tromper. Il y a encore un jeu intermédiaire à venir. Le 3e corps russe, formé de réservistes bien payés, armé de nouvelles armes et qui serait maintenant déployé au sud de la région du Donbass, pourrait changer la donne. S’il se déplace vers le nord et parvient à jouer un rôle en attaquant les fortifications ukrainiennes de la ligne de Donetsk par l’arrière, il pourrait devenir la force décisive. Mais la mise en place de forces ukrainiennes mobiles qui, ces derniers jours, se sont déplacées, en grande partie sans opposition, vers la rivière Oskol, est une nouvelle carte que les Ukrainiens peuvent jouer à nouveau contre tout point faible des lignes russes.

L’opinion publique russe, mollement dirigée par le Kremlin grâce aux médias russes, est maintenant susceptible d’exiger davantage. La question est alors de savoir combien en plus. Cela ne doit pas signifier la mobilisation totale de l’armée russe. Les affirmations « occidentales » disant que la Russie est isolée sont fausses. Elle a de nombreux amis auxquels elle peut faire appel pour contribuer à ses efforts. Des manœuvres de diversion contre l’armée américaine dans de nombreuses régions du monde ne sont qu’une possibilité parmi d’autres.

Le temps est toujours la troisième force sur le champ de bataille. Les deux adversaires doivent jouer contre lui ou s’allier avec lui. L’Europe s’affame actuellement en boycottant les ressources énergétiques russes. C’est insoutenable et elle devra, avec le temps, cesser de suivre ses politiques actuelles dirigées par les États-Unis. Sur le plan économique, l’Ukraine est ruinée et elle ne peut pas, malgré les subventions étrangères, soutenir une longue guerre. Les changements politiques potentiels aux États-Unis joueront également un rôle. Le jeu à long terme favorise donc la Russie.

Néanmoins, la guerre doit d’abord être gagnée sur le terrain ukrainien. La Russie doit améliorer son jeu. Le 7 juillet, lors d’une session avec les dirigeants de la Douma et les chefs de factions des partis, Poutine a déclaré :

Aujourd’hui, nous entendons dire qu’ils veulent nous vaincre sur le champ de bataille. Eh bien, que puis-je dire ? Qu’ils essaient. Nous avons déjà entendu beaucoup de choses sur l’Occident qui veut nous combattre « jusqu’au dernier Ukrainien« . C’est une tragédie pour le peuple ukrainien, mais cela semble aller dans ce sens. Mais chacun doit savoir que, dans l’ensemble, nous n’avons encore rien commencé sérieusement.

C’est peut-être le moment d’y aller.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Source : Changera3

Répondre à Kodiak Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.