La présidente des femmes de Gendarmes condamnée pour harcèlement d’un officier, suspendue 3 ans du Mérite national

Ordre national du mérite (Photo d’illustration DC/LVDG)

Murielle Noël, présidente de l’association d’aide aux membres et familles de la Gendarmerie (AAMFG), -les femmes de Gendarmes– condamnée définitivement au pénal pour le harcèlement du chef d’escadron Vincent Ouziel vient de subir un nouveau revers. Elle est en effet suspendue de l’ordre national du Mérite dont elle avait été nommée chevalier en 2012 pour …son action en faveur des Gendarmes!

Sur le même sujet : L’honneur retrouvé d’un commandant, harcelé par la présidente des femmes de Gendarmes

L’APNM Gendarmes & Citoyens n’est pas étrangère à cette décision disciplinaire puisqu’elle a saisi en ce sens par courrier le 12 mars 2021 la grande chancellerie de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite.

Rien n’interdit à un particulier, en l’espèce le président de l’APNM, de vous alerter sur une situation qui mérite votre attention dans une lecture disciplinaire” écrit notamment l’adjudant Thierry Guerrero, président de l’APNM dont est membre le Gendarme harcelé.

Le président de l’APNM se réjouit de cette décision “même s’il aurait préféré un retrait complet de la médaille plutôt qu’une suspension” et va demander à la direction l’exclusion de l’AAFMG de la charte des associations dont elle fait partie si elle se maintient à la présidence.

La suspension pour 3 ans est en effet une sanction lourde et très infamante et devrait logiquement conduire Mme Noël à démissionner de la présidence de l’AAFMG au risque de discréditer son association membre de la charte des associations de la Gendarmerie et à ce titre subventionnée par la Direction générale.

La question du maintien de cette association avec Mme Noël à sa tête au sein de l’entente Gendarmerie, une structure qui réunit plusieurs associations va se poser rapidement selon nos informations.

La réaction du chef d’escadron Vincent Ouziel

L’officier harcelé par Murielle Noël a réagi à cette suspension de cette décoration dont on espère qu’elle lui sera attribuée alors que ses camarades de la même ancienneté l’ont depuis plusieurs années. D’ailleurs, le chef d’escadronOuziel qui a été reçu dernièrement par le directeur des personnels militaires au sujet du ralentissement de sa carrière a fait reconnaître par le tribunal administratifla responsabilité de la Gendarmerie et de l’État qui “a insuffisamment protégé cet officier du harcèlement moral subi alors qu’il commandait la compagnie deGuéret, dans la Creuse.” 

Cette décision disciplinaire s’inscrit logiquement dans la continuité de la décision de la Cour de cassation commente l’officier qui estime qu

On ne peut pas continuer à arborer une telle dignité lorsqu’on l’a perdue par ces actes malfaisants. On ne peut pas dire vouloir protéger les Gendarmes et leurs familles en essayant d’en abattre un dans le cadre de ses fonctions.

Vincent Ouziel


C’est une sanction importante, juste avant l’exclusion de l’ordre” commente l’officier harcelé.

Une médaille remise par Claude Guéant lui même exclu de la Légion d’honneur

Pour la petite histoire, sa médaille avait déjà perdu de son valeur puisque celui qui lui avait remise en mars 2012, Claude Guéant, alors ministre de l’Intérieur n’a plus de le droit de remettre des médailles. Et pour cause, condamné définitivement à deux années de prison dont une année ferme pour avoir touché des primes en liquide place Beauvau, entre 2002 et 2004, il a été définitivement privé de sa croix de chevalier la Légion d’honneur et de sa cravate de commandeur de l’ordre national du Mérite en mai 2019 en étant exclu des deux ordres.

Le discours de Claude Guéant est toujours en ligne sur le site de l’AAFMG.

Le décret de suspension de Mme Noël

Décret du 2 juillet 2021 prononçant une peine disciplinaire à l’encontre d’un membre de l’ordre national du Mérite NOR : PRER2120195D Par décret du Président de la République en date du 2 juillet 2021, pris sur le rapport du Premier ministre et sur proposition du chancelier de l’ordre national du Mérite, après avis du conseil de l’ordre, Mme Murielle NOËL, née VIOLA le 16 septembre 1962 à Bourganeuf (Creuse), est suspendue pour une durée de trois ans, à compter de la notification du décret susmentionné, de l’exercice des droits et prérogatives attachés à sa qualité de chevalier de l’ordre national du Mérite.

Source : La Voix du Gendarme

Répondre à Conchita Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.