La liaison dangereuse de la gendarmette

C’est une romance suspecte à laquelle s’intéressent les hommes de la police judiciaire de Paris. Selon « le Canard enchaîné », Amar R., un proche d’Amedy Coulibaly, filait le parfait amour avec une gendarmette. Cette amourette entre un individu soupçonné de trafic d’armes et de stupéfiants et une militaire suffirait à faire jaser.

Plus inquiétant encore : la dame est affectée à un service de renseignement opérationnel basé au fort de Rosny-sous-Bois, l’un des Saint des Saints de la gendarmerie. Selon « le Canard », l’homme est apparu comme un des contacts d’Amedy Coulibaly, identifié après l’assassinat de la policière municipale de Montrouge, le 8 janvier. Les enquêteurs ont donc surveillé de près Amar R., alors visé par un mandat d’arrêt européen pour les trafics d’armes et de drogue. Ils l’ont aperçu avec Coulibaly quelques heures avant la prise d’otages d’Hyper Cacher. Les filatures suivantes l’ont montré entrant dans le fort de Rosny, avec ou sans sa compagne. Cette dernière s’est convertie à l’Islam et porte le voile en dehors du service. En l’état actuel de son enquête, la police n’a constaté aucune connexion douteuse sur le poste informatique utilisé par l’adjudante. « Nous sommes tenus informés de l’enquête », a précisé au « Canard enchaîné » un haut responsable de la gendarmerie. Amar R., lui, a été arrêté le 23 janvier.

Source : Le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.