La gendarmerie sonde les attentes des maires en matière de sécurité

Le lieutenant Aline Guilmot commande la communauté debrigades d’Avallon depuis le 1 août 2012.? - photo fr. m.

Le lieutenant Aline Guilmot commande la communauté debrigades d’Avallon depuis le 1 août 2012.? – photo fr. m.

La gendarmerie et les élus avallonnais s’accordent sur la nécessité d’un échange régulier pour renforcer la sécurité sur le territoire.

La série de cambriolages survenue en décembre dans plusieurs villages de l’Avallonnais avait marqué les esprits. Notamment ceux des plus anciens. Le sujet est naturellement revenu sur la table lors de la tournée des communautés de communes que vient de boucler le lieutenant Guilmot, patronne de la communauté de brigades d’Avallon (26 gendarmes).

436 cas d’atteinte aux biens en 2012 En poste depuis le 1 er août, l’officier est venu à la rencontre des élus pour présenter les missions de son unité et dresser un rapide bilan de la délinquance sur le territoire. « J’aimerais pouvoir mettre en place ces rencontres au moins une fois dans l’année, explique le lieutenant. Le territoire de mon unité est vaste avec plus de 41 communes, il est donc important de tisser des liens étroits avec les maires qui sont un relais indispensable auprès de la population. »

Dialoguer, expliquer les missions de la gendarmerie et ses contraintes de service, être au plus près des personnes et partager les résultats obtenus : ce devoir de transparence en appelle un autre, celui de la vigilance citoyenne. « Nous faisons en sorte d’avoir au quotidien un maximum d’effectifs disponibles mais si la population nous aide nous pourrons mieux cibler nos interventions », relève le lieutenant Guilmot. Présente jeudi soir à Étaules lors du conseil communautaire de l’Avallonnais, cette dernière a lancé un appel à la vigilance face à la recrudescence des atteintes aux biens ( passée de 271 en 2011 à 436 en 2012, ndlr). « Le mode opératoire est connu, les cambriolages sont le fait d’équipes mobiles en provenance de la région parisienne et ayant pour cible les villages situés à proximité des sorties d’autoroute. Elles opèrent rapidement, en toute discrétion et parfois même en pleine journée. » D’où l’importance d’avoir les bons réflexes : laisser une lumière quand on quitte sa maison ; bien fermer les volets ; brancher l’alarme ; sensibiliser ses voisins pour qu’ils exercent une surveillance ; faire vider sa boîte aux lettres ; verrouiller toutes les issues. « La règle numéro un est de ne pas laisser d’indices sur son absence, insiste le lieutenant. Il faut aussi que les gens nous préviennent dès qu’ils voient quelque chose d’anormal, même pour des faits qui peuvent paraître anodins. »
Lire la suite : ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *