La gendarmerie retrouve la trace de deux pistolets volés

Quelle ne fut pas la surprise pour le propriétaire, et la stupeur pour les gendarmes, de découvrir le vol de deux armes de point, entreposées dans un coffre-fort en début d’année.

IMG_2777.JPG

En tout début d’année, alors que les habitants d’un pavillon d’Heubécourt-Haricourt s’étaient absentés pour le réveillon de la Saint-Sylvestre, une poignée de bijoux disparaissait du domicile familial. Pire : les cambrioleurs repartaient avec un coffre-fort, arraché au mur.

Son propriétaire avait l’habitude d’y entreposer ses deux armes de poing – un Beretta et un Glock de calibre 9 millimètres – détenus légalement… La trace des deux pistolets, disparus dans la nature depuis janvier dernier, vient enfin de refaire surface.

Sur la piste de la Seine-Saint-Denis

Fin mai, le téléphone sonne à la gendarmerie d’Écos. Un appel du commissariat de Bobigny (Seine-Saint-Denis) informe les militaires de la mise en examen d’un homme de 36 ans, dans le cadre d’une association de malfaiteurs. A priori, rien qui ne puisse intéresser les gendarmes d’Écos…

Sauf qu’au domicile de ce Bosniaque – qui vit à Rosny-sous-Bois – les policiers de Seine-Saint-Denis viennent de découvrir l’une des deux armes volées cinq mois plus tôt. Si les enquêteurs avaient penché dans un premier temps en faveur d’une pièce de contrebande, la vérification faite auprès du fichier des armes volées a permis de révéler sa véritable provenance.

Le cambrioleur présumé poursuivi pour recel

Informés de cette « prise », les gendarmes d’Écos se saisissent du dossier et mènent une nouvelle perquisition au domicile du suspect, espérant y trouver plusieurs objets volés en début d’année. En vain…
Placé en garde à vue lundi 17 et mardi 18 juin, le cambrioleur présumé aurait nié les faits qui lui étaient reprochés, et prétendrait avoir obtenu l’arme auprès d’un intermédiaire. En l’absence de preuves directes le reliant au cambriolage, il sera poursuivi par le Parquet d’Evreux pour recel.

Source : Le Démocrate Verronnais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *