La gendarmerie renforce ses contrôles routiers au mois d’août

Entre Saverne et Marmoutier, une ligne droite si tentante... Photo H. B.

Entre Saverne et Marmoutier, une ligne droite si tentante… Photo H. B.

La gendarmerie de Saverne a procédé hier après-midi à des contrôles de sécurité routière du côté de Marmoutier. L’occasion de rappeler que des actions similaires se dérouleront tout au long du mois d’août dans le département.

« Les gens sont conscients des risques. Mais il n’y a que la peur du gendarme pour leur faire lever le pied » , martèle Bernard Breyton, sous-préfet de l’arrondissement de Saverne, qui participait hier à l’opération de Marmoutier. Une intervention destinée à rappeler qu’en dépit de l’amélioration constante de la sécurité sur les routes depuis dix ans, les automobilistes flirtent encore trop souvent avec l’interdit.

Vitesse, alcool et stupéfiants dans le viseur

« Sur cette belle ligne droite, personne ne respecte la limitation à 70 km/h. Jusqu’à dimanche et chaque week-end au mois d’août, nous multiplierons les contrôles sur l’arrondissement de Saverne, en Alsace Bossue et dans le reste du département » , a ajouté le sous-préfet pour donner le ton.

Les contrôles effectués hier par les compagnies de Saverne et Marmoutier, sous les ordres du commandant de gendarmerie Olivier Guillon, ciblaient la ligne droite qui relie les deux communes. En tout, une douzaine de gendarmes étaient mobilisés avec des jumelles eurolaser et des tests salivaires pour effectuer des contrôles de vitesse, d’alcoolémie et de stupéfiants dans les deux sens de circulation. « Ce sont les principales causes de l’accidentologie , constate le capitaine Jean-Jacques Schaeffer. Sans parler des conducteurs qui ne mettent pas leur ceinture ou conduisent avec le téléphone portable à la main. »

Tolérance zéro pour la vitesse

Face à ces comportements à risques, Caroline Nisand, procureur de la République de Saverne, affiche une grande fermeté. « Il y a déjà eu beaucoup de campagnes de sensibilisation en matière d’excès de vitesse, alors nous avons une tolérance zéro » dit-elle, tout en rappelant qu’en matière de stupéfiants la pédagogie reste de mise. « Pour les jeunes de 18 à 25 ans qui n’ont pas d’antécédents, nous privilégions les stages de sensibilisation d’une journée pour qu’ils prennent conscience de leurs actes. »

« Une bonne chose »

Les autres conducteurs ne bénéficient pas du même degré de répression. « Ils sont envoyés devant le tribunal correctionnel. Et les récidivistes encourent une annulation de leur permis, voire une réquisition immédiate de leur véhicule » , précise la magistrate.

Les automobilistes arrêtés sur la départementale se montraient plutôt conciliants. Eric, un entrepreneur habitué de la route et amateur de conduite sportive, estime que cette opération « est une bonne chose ». S’il reconnaît volontiers que « les gendarmes font leur boulot » , il avoue que l’envie d’aller plus vite le « chatouille ». Comme la plupart des personnes contrôlées hier, il est reparti sans sanction.

À l’issue de l’après-midi, le bilan était plutôt favorable : aucun dépassement de vitesse ou contrôle positif sur les 83 dépistages d’alcoolémie et 2 dépistages salivaires effectués n’a été relevé. Seule une infraction pour des pneus usagés et une autre pour non-port de la ceinture par un conducteur belge ont été sanctionnées par les gendarmes. Signe que les contrôles étaient dissuasifs et que les appels de phare entre automobilistes ont dû, eux aussi, bien fonctionner.

Source : L’Alsace

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *