La Ferté-Macé Gendarmerie. Le major Cochelin va rejoindre Alençon

Le major s'en va à Alençon. -
Le major s’en va à Alençon
Arrivé à la COB* de La Ferté, Bagnoles, Briouze en juillet 2011, le major Jean-François Cochelin se voit confier un commandement d’unité de la BDRIJ* d’Alençon.

C’est en 1983 que Jean-François Cochelin embrasse la carrière de gendarme en intégrant l’école de Chatellerault. Sa première affectation opérationnelle en brigade a lieu à Martigné-Briand (49) où il restera jusqu’en 1995. Son souhait de revenir en Basse-Normandie le fait arriver à la brigade de proximité de Bagnoles de 1995 à 1998, avant d’être affecté à la brigade de recherches d’Alençon de 1998 à 2004. Il est muté ensuite en 2005 à la BR de Deauville, avant de revenir à La Ferté-Macé en 2011, par souhait personnel de revenir dans l’Orne. « J’aime ce département et la mentalité de sa population pour avoir vécu à Rânes, Argentan et La Ferté-Macé, explique-t-il. En allant à Alençon, je reste dans l’Orne ».

Après avoir été le commandant de la COB par suppléance d’août 2014 à août 2015, le major Cochelin explique que « cette mutation est motivée par le fait que le poste de commandement d’unité est vacant. De plus, l’activité judiciaire dans la gendarmerie est intéressante pour moi car elle synthétise l’ensemble de ma carrière. Je prends, à la BDRIJ d’Alençon, la tête d’une unité de 11 gendarmes. Elle inclut la cellule d’investigation criminelle, qui constate les infractions, et une cellule d’appui judiciaire aux unités territoriales du département ». Une unité de renseignement juridique étudie et analyse l’activité judiciaire de la gendarmerie pour déceler les phénomènes auxquels elle peut être confrontée, en travaillant avec les unités des autres départements par le rapprochement et la centralisation des statistiques judiciaires.

Lien social

Pour le major son affectation à La Ferté a été un moment agréable. « C’est une unité qu’il a été intéressant d’intégrer, puis d’animer et de coordonner. Le commandement par suppléance m’a permis de tenir un de mes objectifs : favoriser le lien social entre la brigade, les élus locaux et la population. Je crois que ce lien doit être une relation forte entre la gendarmerie et le territoire dont elle a la charge. C’est une chose très importante à laquelle je tiens beaucoup. J’aurais voulu avoir plus de temps pour le faire encore mieux, mais le métier fait que tout va vite. Je pars en ayant incité mes collèges à renforcer ce lien social, et je sais qu’ils ont compris son importance. J’emmène dans mes bagages beaucoup de bons souvenirs ».

Il ne reste plus qu’à lui souhaiter une bonne continuation de carrière, dans la préservation de ces valeurs humaines.

*COB : communauté de brigades

*BDRI : Brigade départementale de renseignement et investigations judiciaires

Source : Le Publicateur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.