La fermeture de la brigade de gendarmerie de Bellencombre amène le maire à envisager une autre affectation pour les locaux

La fermeture de la brigade de gendarmerie de Bellencombre amène le maire à envisager une autre affectation pour les locaux

Le maire propose d’acheter la caserne pour y installer la mairie

Le départ des gendarmes de la commune de Bellencombre est quasiment acté. Il devrait se produire le 1er septembre et les quatre militaires encore présents seront réaffectés, comme le confirme le chef d’escadron Patrice Lagadec, commandant la compagnie de gendarmerie de Dieppe.

« L’un des quatre gendarmes encore en poste à la brigade territoriale, a été promu et a été réaffecté. Les trois autres ont émis des souhaits et ont été satisfaits dans leurs demandes. Ils restent dans la région. Les gendarmes volontaires adjoints ont également été redirigés vers d’autres casernes. La brigade de Tôtes, qui compte à ce jour dix-sept militaires, sera renforcée. »

La sous-préfète, Martine Laquièze, confirme: « Il s’agit d’une proposition qui doit être validée par la direction générale de la gendarmerie nationale. Pour des raisons d’économie et dans le cadre d’une réorganisation géographique, les gendarmes vont être redéployés en fonction des besoins. »

Londinières passe à Dieppe

Les prérogatives demandent un gendarme pour 1 000 habitants et, par exemple, Offranville en manquait avec un gendarme pour 1 322 habitants. « Il n’y aura pas moins de gendarmes sur le terrain. Il s’agit d’adapter la quantité d’hommes en fonction de la démographie qui a évolué ces trente dernières années. »

Le nouveau découpage s’établit comme suit. La future brigade de Tôtes/Bellencombre/Saint-Saëns va être rattachée à la compagnie de Neuchâtel-en-Bray. Celle de Londinières va basculer sur le secteur de la compagnie de Dieppe. « La commune des Grandes-Ventes a émis le souhait de se rattacher à Neufchâtel. »

Le maire de la commune de Bellencombre, élu en mars 2014, est déçu. « J’ai assisté à la réunion à huis-clos en sous-préfecture de Dieppe le 28 avril dernier, en présence des autres élus et des institutions. On m’avait promis, avant mon élection, que la gendarmerie ne fermerait pas et je suis forcément très déçu. Les gendarmes ne mettent pas que des procès-verbaux. Ils assurent un vrai service de proximité auprès des habitants de la région. Ils sont respectés et ils parviennent à régler des problèmes entre les habitants. »

Mis devant le fait accompli, le maire de Bellencombre a émis des idées en concertation avec son conseil municipal. « La gendarmerie actuelle est louée au bailleur social Sodineuf. Elle comprend six logements et des garages qui, eux, appartiennent à la commune. Étant donné que nous devons rendre accessible les services municipaux aux personnes à mobilité réduite et que cela engendrait des travaux très coûteux à notre mairie actuelle, nous serions donc partants pour acheter la gendarmerie, construite il y a une trentaine d’années, pour y déplacer la mairie et les ateliers municipaux. Nous pourrons y intégrer le bureau de poste. Juste en face, il y a la salle des fêtes, les parkings sont déjà construits. Tous les réseaux informatiques sont opérationnels. La gendarmerie est à côté de l’église. Nous ferons des économies. Reste à savoir si le bailleur social serait intéressé par notre offre. »

Quant à la mairie actuelle, l’élu a également une solution. « Les anciens sont très attachés à ce lieu et je les comprends. Nous pourrions les transformer en logements sociaux car il y a des demandes. La municipalité en serait le propriétaire. » Tout cela ne sera envisagé, bien sûr, que si la direction générale de la gendarmerie valide la fermeture de la brigade de Bellencombre.

L. P.

Source : Paris Normandie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.