Justice Le juge Hakim Karki est suspendu de ses fonctions

Le Conseil supérieur de la magistrature a suspendu le juge d’instruction du tribunal de grande instance de Mayotte. C’est une nouvelle conséquence de l’affaire dans laquelle il est mis en cause.
http://lejournaldemayotte.com/wp-content/uploads/2014/07/Hakim-Karki-arriv%C3%A9e-%C3%A0-La-R%C3%A9union.jpg
Hakim Karki à son arrivée à La Réunion le lundi 7 juillet
(Crédits photo:Le Journal de l’Ile de La Réunion)

Le juge d’instruction Hakim Karki est officiellement suspendu de ses fonctions. La décision a été prise en fin de semaine dernière par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) qui avait été saisi par les services de la Chancellerie.
Il s’agit d’une suspension provisoire d’exercice dans la mesure où le juge est présumé innocent. Le CSM a estimé qu’Hakim Karki n’était pas en mesure de remplir sa mission en étant visé par une procédure judiciaire.

Comme c’est toujours le cas dans ce type de décision, le magistrat n’est pas privé de son traitement mais ses indemnités de fonction ne lui seront pas versées. Par ailleurs, le ministère dispose d’un délai de deux mois pour décider s’il saisit le CSM au fond dans le cadre d’une procédure disciplinaire.

Interdiction de quitter La Réunion

Cette décision fait suite à la mise en examen pour viol du magistrat le 7 juillet dernier à La Réunion. Placé en détention provisoire au centre pénitentiaire de Domenjod à Saint-Denis, Hakim Karki a été remis en liberté le soir du 10 juillet par la chambre de l’instruction. Son contrôle judiciaire lui interdit de quitter La Réunion sans autorisation, ce qui ne lui permettait plus, de fait, d’exercer ses fonctions.

L’instruction de l’affaire est désormais dirigée par deux juges d’instruction du tribunal de grande instance de Paris après le dépaysement du dossier décidée par la cour de cassation.

Dans cette affaire, le juge Karki est accusé par une enseignante de 34 ans de lui avoir imposé des rapports sexuels dans la nuit du 1er au 2 juillet à Mamoudzou. Le magistrat nie les faits et affirme qu’il s’agissait de rapports consentis.

Des policiers de la sûreté départementale de Saint-Denis étaient revenus à Mamoudzou la semaine dernière pour poursuivre les investigations, collecter des renseignements sur la plaignante et entendre plusieurs témoins.

RR/JT
Le Journal de Mayotte/Le Journal de l’Ile de La Réunion

Source : Le JDM

Rappelons que Profession Gendarme s’est fait l’écho de nombreux articles concernant le juge Karki, ce dernier  s’étant engagé avec acharnement contre le GIR de Mayotte et son chef Gérard Gautier dans le cadre d’une enquête à la suite du décès d’une dénommée Roukia victime d’une overdose.

Le 09.07.2014 le Capitaine Gautier avait d’ailleurs publié sur Profession-Gendarme un communiqué concernant cette affaire.  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.