Intervention de l’ Adjudant GERBERT sur les griefs de certains syndicats de police contre la gendarmerie.

Gendarme 4

Mon dieu! Mon  dieu! S’exprima l’adjudant GERBERT à peine arrivé dans les cieux. Je pensais retrouver au « paradis  des gendarmes » tous mes anciens camarades de la brigade de SAINT TROPEZ.  Et  voilà que Sainte Geneviève, notre Sainte patronne  accourt vers moi pour me dire:

– « Mon adjudant, mon adjudant, arrêtez-vous! »

Je lui réponds: « Mais que se passe-t-il Sainte Geneviève? »

Sainte Geneviève lui répond: « J’ai une mission urgente et de la plus grande importance à vous donner. »

Je lui demande: « Laquelle Sainte Geneviève? »

Sainte Geneviève lui répond:  » Mon cher Gerbert, rien ne va plus en bas. Les syndicats de police sont devenus fous. La paranoïa les gagne. Ils vous accusent avec force d’être à l’origine de manœuvres de déstabilisation qui feraient le jeu « d’un acteur mineur du champ de la sécurité » : la Gendarmerie Nationale. »

Je lui réponds: « Que voulez-vous que je fasse Sainte Geneviève? »

Sainte Geneviève lui répond: « Vous qui avez été avec votre brigade un acteur majeur de cette institution, répondez leur, ne laissez pas vos camarades subir les diatribes de ces syndicalistes perdus dans le tréfonds de leurs angoisses!

L’adjudant GERBERT répond depuis les cieux:

A nos camarades policiers:

« Comment pouvez-vous nous qualifier « d’être un acteur mineur du champ de la sécurité » ? Mais avez-vous oublié toutes nos aventures et nos résultats ? Pourquoi vouloir offenser une institution reconnue comme une armée d’élite ? Est-ce bien productif ? Que pensez-vous y gagner ? Nous partageons les mêmes missions de sécurité sur le territoire national avec 50% de la population pour chacune de nos institutions et sur 95% du territoire pour la gendarmerie nationale.

Lire la suite : Armée-Média

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.