Interdiction de l’hydroxychloroquine : l’IHU Méditerranée “continuera à traiter ses patients avec les traitements les plus adaptés”

1585753386_capture-d-e-cran-2020-04-01-a-16.43.29

Le Pr Didier Raoult dans son bureau à l’IHU Méditerranée.

Photo La Provence

L’IHU Méditerranée Infection de Marseille “continuera à traiter (ses) patients avec les traitements les plus adaptés”, a réagi aujourd’hui auprès de l’AFP l’institut dirigé par le professeur Didier Raoult, après l’abrogation des dispositions autorisant les hôpitaux à prescrire de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19.

“Nous continuerons à traiter nos patients avec les traitements que nous estimons les plus adaptés en l’état actuel de la science et des connaissances”, a précisé à l’AFP l’Institut hospitalo-universitaire marseillais, qui a déjà soigné près de 4.000 personnes atteintes par le SARS-CoV-2.

La plupart d’entre-eux se sont vu prescrire une association d’hydroxychloroquine et d’azithromycine, un antibiotique.

L’IHU Méditerranée Infection, centre de traitement et de recherche marseillais de renommée mondiale, réagissait ainsi au décret publié ce matin, qui abroge les dispositions dérogatoires autorisant les hôpitaux à traiter des patients malades du Covid-19 avec de l’hydroxychloroquine, un dérivé de la chloroquine habituellement utilisé contre les lupus et les polyarthrites rhumatoïdes.

Si l’article 19 du décret du 11 mai fixant ces dispositions dérogatoires est désormais abrogé, la liberté de prescription des médecins n’est pas pour autant supprimée et un praticien hospitalier peut toujours prescrire et administrer un médicament hors AMM (autorisation de mise sur le marché).

L’IHU Méditerranée Infection avait d’ailleurs commencé bien avant ce décret du 11 mai à prescrire cette combinaison d’hydroxychloroquine et d’azithromycine pour des malades du Covid-19.

Source : La Provence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *