INFO LE POINT. Noisy-le-Sec : un lance-roquettes antichar découvert dans un immeuble

Une enquête a été ouverte après la saisie de cette arme de guerre dans les parties communes d’une cité de Seine-Saint-Denis. Aucun suspect n’a été interpellé.

17454857lpw-17455090-article-police-jpg_5692406_660x281

C’est une découverte particulièrement inquiétante. Selon nos informations, des policiers ont été alertés, ce mercredi 31 octobre, vers 20 h 30 après la découverte d’une arme de guerre dans les parties communes d’un immeuble implanté à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Rendus dans la cité du Londeau, les fonctionnaires ont été mis en présence d’un lance-roquettes antichar modèle RPG 18. Un témoin a indiqué avoir trouvé cet engin militaire dans un sous-sol de cet immeuble.

Toujours selon nos informations, ce lance-roquettes était démuni de munition, mais en parfait état de fonctionnement. «  Ce n’est pas la première fois que l’on découvre ce type d’arme de guerre en Seine-Saint-Denis, mais ça n’arrive pas tous les jours quand même heureusement, se rassure un haut fonctionnaire. Il va falloir déterminer l’origine de ce matériel militaire et comment il a pu arriver à cet endroit.  » «  La cité du Londeau est plutôt calme, poursuit la même source. On sait qu’il y a du trafic de stupéfiants au sein de ce quartier mais comme dans beaucoup d’autres endroits en Seine-Saint-Denis. C’est loin d’être la cité la plus difficile du secteur  ». À la fin du mois d’août dernier, un lance-roquettes, des armes et des explosifs avaient déjà été découverts dans un pavillon à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Comme l’avait révélé Le Point, des policiers avaient aussi saisi des grenades antichars et antipersonnel dans une cité de Marseille (Bouches-du-Rhône) au mois de janvier 2018. «  On sait depuis des années que des armes de guerre circulent dans les cités, mais des lance-roquettes, ça reste rarissime, souligne un enquêteur de terrain. On a vu des livraisons de drogue couplées à des livraisons d’armes. Ces armes peuvent aussi, parfois, venir en paiement d’une dette.  »

Source : Le Point

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.