INFO LA DEPECHE. Toulouse : un nouveau décès lié au vaccin AstraZeneca ? Une enquête ouverte après la mort d’une femme de 62 ans

Une enquête est en cours après le décès d’une femme à Toulouse. Il s’agit de déterminer si sa mort est liée à sa vaccination début mai contre le covid avec le vaccin AstraZeneca.

e parquet près le tribunal judiciaire de Toulouse a ouvert une enquête cette semaine après le décès d’une femme âgée de 62 ans. Originaire de Vendée, elle se trouvait en vacances en Haute-Garonne, à Revel, quand elle a été victime d’un accident cardiaque lors du week-end de Pentecôte.

Les secours sont intervenus dimanche 23 mai et ont réussi à la réanimer avant son évacuation par le Samu 31 vers l’hôpital Rangueil, à Toulouse. Mais une fois hospitalisée, l’état de santé de cette victime s’est aggravé et malgré les soins, son décès a été constaté dans la matinée du dimanche. Selon ses proches, cette femme a été vaccinée contre le Covid-19 au début du mois de mai. Une première injection avec le vaccin AstraZenaca qui aurait entraîné une dégradation de son état de santé.

Thromboses confirmées à l’autopsie

Le parquet, qui nous a confirmé l’ouverture de l’enquête, a ordonné une autopsie qui a été réalisée mercredi à l’institut médico-légal de l’hôpital Rangueil. Les résultats ne sont pas officiellement connus mais les légistes évoquent plusieurs thromboses qui ont pu entraîner le décès de cette femme. Des investigations, confiées aux policiers de la sûreté départementale de la Haute-Garonne, se poursuivent.

On sait que plusieurs décès liés à des thromboses ont été observés après des injections d’AstraZenaca. En Haute-Garonne, Carole Petit une assistante sociale de 38 ans qui travaillait à Albi, est morte fin mars à l’hôpital Purpan après des thromboses cérébrales. Après l’enquête ouverte par le parquet de Toulouse, le dossier a été transmis au parquet du pôle de santé public de Paris. La famille de cette victime a d’ailleurs déposé plainte pour comprendre ce qui a pu se passer et établir si un lien existe bien entre le décès de la jeune femme et sa vaccination.

Jusqu’à présent, ces cas de thromboses avaient été observés sur des patients jeunes, principalement des femmes. Suspendu mi-mars, le vaccin AstraZenaca a été de nouveau autorisé niveau européen, et en France, début avril les autorités sanitaires estimant que la balance bénéfice-risque restait largement favorable. Ce vaccin est conseillé pour les personnes âgées de plus de 55 ans Selon le dernier au rapport de l’Agence nationale de sécurité du médicament publié voilà une semaine, 42 cas de thromboses ont été signalés depuis le début de la campagne de vaccination dont onze décès. Actuellement, plus de 4,5 millions de personnes ont reçu ce vaccin mais de moins en moins de personnes acceptent d’être vaccinées par l’AstraZeneca.

Jean Cohadon

Source : La Dépêche

Répondre à rene2troyes57H Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.