Ils se préparent à être réservistes de la gendarme maritime

Ils se préparent à devenir  gendarme maritime - 22039719.jpg

Pendant quinze jours, tous ces jeunes ont appris les bases du métier de gendarme maritime.Patrick Blanchard

Désormais, tout est rodé. Après une première session réussie qui avait vu 19 candidats, sur 20 inscrits, décrocher leur Préparation militaire gendarmerie maritime (PMGM), la gendarmerie nationale a renouvelé l’expérience cette année. Débuté le 14 juillet, la formation se termine aujourd’hui avec la remise des diplômes et le traditionnel défilé devant les familles.

« Cette formation est vraiment complète, explique le gendarme Leclerc qui s’occupe de l’apprentissage des codes du monde militaire. Il y a des cours théoriques, de la pratique sportive, et aussi de la discipline militaire. On y apprend les grades par exemple. On travaille aussi la pratique avec le passage du permis côtier et fluvial.»

Cette année, ce sont 25 jeunes âgés de 17 à 28 ans qui ont été sélectionnés en fonction de leur projet et de leur cursus pour participer à la formation. À son issue, ils pourront devenir réservistes pour la gendarmerie maritime, en signant un contrat d’engagement.

« Un vrai plus pour eux »

Une belle opportunité pour tous ces jeunes qui ne se destinent pas forcément à travailler dans ce secteur.

« L’avantage de cette formation, c’est que ça leur permet au moins de signer un contrat dans la réserve pour travailler dans la gendarmerie maritime, explique le capitaine Emmanuel Lefrançois. Ceux qui rateraient le concours de sous-officier pourront donc toujours se rabattre sur cette profession, c’est un vrai plus pour eux.»

Réveil aux aurores

Mais pour y arriver, ils doivent déjà venir à bout de cette formation réellement intensive. Réveil tous les matins à 6 h 30, exercices physiques, mise en condition, instructions théoriques, préparations militaires. Un programme riche et complet dans lequel rien n’est oublié.

Au cours de la quinzaine, les volontaires ont aussi pu passer différents brevets et diplômes d’aptitude qui devrait leur servir dans le futur, tel que le PSC1 (secourisme), le BPT (utilisation du bâton télescopique), le CAT1 (certificat d’aptitude au tir d’intervention) ou encore le PEG1 (brevet de pilote d’embarcation gendarmerie de premier niveau).

Source : Varmatin.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *