Il caillasse la gendarmerie pour retourner en prison

Il caillasse la gendarmerie pour retourner en prison

PAPEETE, le 18 avril 2017 – Et il a gagné son pari. Ruben Mai, 41 ans, est bien connu de la justice pour commettre ce genre de dégradations volontaires dès qu’il sort de Nuutania dans le seul but d’y retourner. Il a récidivé samedi dernier.

Ruben Mai a un profil… particulier. Sans domicile fixe quand il n’est pas à Nuutania, ce quadragénaire déjà condamné pour l’assassinat de son frère et agressions sexuelles dans sa jeunesse a passé la majeure partie de sa vie en prison et fait tout, dès qu’il en sort, pour y retourner. Samedi dernier, alors qu’il était sorti de cellule le jour même, l’homme n’a rien trouvé de mieux à faire que de balancer des pierres dans les vitres des locaux des gendarmes de la Section de recherches, route de Sainte-Amélie à Papeete.

Il s’est ensuite tranquillement assis pour qu’on l’interpelle. Jugé ce mardi en comparution immédiate, il a écopé de 9 mois de prison ferme avec maintien en détention. Comme en septembre dernier, où il avait fait exactement la même chose, au même endroit.

Rendez-vous dans 9 mois

« La prison, ce n’est pas l’Intercontinental ni un foyer d’hébergement, c’est la justice qui décide qui y va ou pas », a tenté de sermonner le président tribunal, un brin désemparé devant cet individu frustre et mutique qui ne prend la parole que pour dire qu’il a envie d’aller en prison ou insulter le tribunal. Dès fois qu’il lui donnerait une chance de rester à l’extérieur.

Refusant tout dialogue avec les services sociaux, le quadragénaire vit seul et se dit sans famille. Des proches l’avaient recueilli dans les îles il y a quelques années mais l’expérience avait tourné court en raison d’une violente bagarre. Le tribunal n’a pas caché qu’il s’attendait d’ores et déjà à le revoir à la même barre dans quelques mois. En février 2016, il avait déjà vandalisé la gendarmerie de Tiarei dans le but de se faire incarcérer. Les services psychiatriques où il fait quelques séjours n’en veulent plus en raison de sa dangerosité.

Source : Tahiti Infos

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.