Hommage : Frédéric Prouteau, le gendarme décédé sur l’ A77, était Nivernais depuis 2013

Frédéric Prouteau, le gendarme décédé sur l' A77, était Nivernais depuis 2013

Photo Le Journal du Centre © Frédéric LONJON

Le décès du gendarme motocycliste Frédéric Prouteau, survenu lors d’un tragique accident, mercredi, sur l’A 77, endeuille le Groupement départemental de Gendarmerie de la Nièvre dans son ensemble et plus spécialement les militaires de l’EDSR 58 et ses collègues directs de la BMO de Château-Chinon.

Mort à 34 ans, le gendarme Frédéric Prouteau laisse derrière lui sa compagne et leurs deux petites filles, âgées respectivement de 3 ans et de 6 ans. Originaire de Saint-Doulchard dans le Cher, c’est plus spécialement dans le Loiret, près d’Orléans, qu’il retrouvait les membres de sa famille.

Gendarme adjoint à Tulle, à sa sortie de l’École de la Gendarmerie Nationale basée justement dans la préfecture de la Corrèze, il a ensuite été affecté à la Brigade territoriale de Saint-Jean-d’Angély, dans le département de la Charente-Maritime.
Intégrant l’École des Sous-Officiers de la Gendarmerie de Châtellerault sur la période 2006-2007, Frédéric Prouteau a rejoint, à sa sortie, l’Escadron de Gendarmerie Mobile d’Orléans.

Ultime étape de sa carrière, affecté à l’Escadron Départemental de Sécurité Routière de la Nièvre, il a pris ses fonctions au sein de la Brigade motorisée de Château-Chinon le 1er décembre 2013.

Recherche des causes

Aucun élément nouveau n’a encore permis d’établir les raisons pour lesquelles le gendarme Frédéric Prouteau a perdu le contrôle de sa moto. Celle-ci allant heurter violemment le rail central de l’autoroute A 77, sens Paris Province, peu avant l’échangeur de Coulanges-lès-Nevers, mercredi 7 juin.

Des traces observées sur le bitume depuis une centaine de mètres au-dessus du point d’impact, ne fournissent finalement pas d’explication tangible.

Parmi les éléments observés, selon une procédure habituelle et afin de déceler une éventuelle défaillance mécanique, la moto de Frédéric Prouteau sera livrée à l’examen d’un expert, qui sera désigné par le Parquet.

Jean-Michel Benet

Source : Le Journal du Centre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.