Hommage à un gendarme tué en service

Le colonel Bouquin, le sous-Préfet Jean-Yves Chiaro, le lieutenant Minet et les gendarmes de la 335ème promotion entourant Mme veuve Montsarrat. /Photo DDM MAD

Le colonel Bouquin, le sous-Préfet Jean-Yves Chiaro, le lieutenant Minet et les gendarmes de la 335ème promotion entourant Mme veuve Montsarrat. /Photo DDM MAD

Hommage était rendu, cette semaine, au gendarme Gérard Monsarrat, tué en service, le 19 juin 1992 à Montredon. Alors qu’il notifiait à un agriculteur le non-paiement d’une amende de 900 francs, ce dernier prenait un fusil et abattait le gendarme, alors âgé de 50 ans et père de 3 enfants. Vingt-deux plus tard, la gendarmerie n’a pas oublié! Le maréchal des logis chef Monsarrat a été choisi comme parrain par la 335ème promotion de la 11ème compagnie de l’école de la gendarmerie de Montluçon. Désireux d’honorer sa mémoire sur le terrain, les 102 élèves de la promotion avaient délégué, le temps d’une journée, 14 d’entre eux à Montredon. Journée qui débutait par une cérémonie tout à fait exceptionnelle au Mémorial, en présence de Madame veuve Monsarrat, trés émue, et de sa famille, du sous-préfet Jean-Yves Chiaro, des autorités civiles et militaires, porte-drapeaux. Le président de la promotion retraçait le parcours de GérardMonsarrat, «parrain choisi pour son dévouement, son abnégation, son sens de la camaraderie et son esprit sportif». Au nom de l’association, M. Pellet exprimait sa reconnaissance à Gérard Monsarrat pour avoir, avec des coureurs castrais, ramené de Paris la flamme du souvenir du tombeau du Soldat Inconnu à l’occasion de l’inauguration du Mémorial en 1989. Flamme ravivée par Mme Monsarrat, avant de recevoir l’insigne de la promotion. Emblème unique dessiné par les élèves et constitué, en souvenir de leur parrain, de la croix occitane, des couleurs de la Croix de la gendarmerie et de la Croix militaire, associées à la grenade et la forte épée, armes de la gendarmerie. Au cours du vin d’honneur, le lieutenant Minet de Montluçon, retraçait l’histoire de l’école créée en 1913. De manière plus personnelle, il évoquait sa rencontre, jeune gendarme, avec Gérard Monsarrat et saluait, très ému, son collègue Thierry Lavialle qui était présent le jour du drame. Le colonel Bouquin, commandant du groupement départemental, félicitait les jeunes gendarmes : «Pour ce très bel hommage à tous les gendarmes départementaux qui souffrent trop souvent d’un manque de reconnaissance.» Le sous-préfet, Jean-Yves Chiaro, témoignait du travail exceptionnel sur le terrain de la gendarmerie : «Seul service de l’Etat qui assure une présence sur l’ensemble du territoire sans exception» la qualifiant de « l’arme la plus généreuse de l’institution française.» L’hommage se poursuivait par un dépôt de gerbe à la gendarmerie de Montredon puis un dépôt de plaque au cimetière de Serviès où repose Gérard Monsarrat.

Source : La dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *