Hausse des dégradations de radars: bientôt des caméras de surveillance pour dissuader?

radar_degrade

Le colonel Jean-Pierre Rabasté, commandant du groupement de gendarmerie de Haute-Loire, admet que les dégradations de radars s’accélèrent depuis le 1er juillet. Comment y remédier ?

Des caméras pour surveiller… les caméras ? Les radars automatiques sont de plus en plus souvent la cible de dégradations depuis le 1er juillet, date de l’entrée en vigueur de la limitation à 80 km/h sur le réseau secondaire. Dans certains départements, on bat même des records à tel point que des solutions sont envisagées pour identifier les auteurs des dégradations.

C’est le cas, par exemple, en Haute-Loire. Sur la route entre Le Puy-en-Velay et Brioude, aucun des cinq radars fixes n’a échappé à la peinture ces derniers jours. Ils sont devenus verts, bleus, ou orange. De quoi amuser certains automobilistes comme Jean-Yves. “Si c’est pour plus de visibilité je suis pour !”, rigole-t-il.

Gendarmerie de Haute-Loire: “Une forte accélération depuis début juillet”

Mais pour Philippe qui emprunte cette route régulièrement, pas question de cautionner de tels agissements. “Je pense qu’il y a d’autres moyens de montrer son mécontentement face à la répression au niveau de la vitesse. Je suis pour la limitation et les contrôles mais bon là ça fait beaucoup.”

Car derrière ces dégradations qui se multiplient, on peut imaginer un certain mécontentement après le passage à 80 km/h sur routes les départementales. Comme l’admet le colonel Jean-Pierre Rabasté, commandant du groupement de gendarmerie de Haute-Loire.

“Il y a peut-être un phénomène de contestation des 80 km/h par certains qui avaient peut-être pris l’habitude de rouler un peu vite. On a quand même depuis le début de l’année 35 dégradations de radars, 33 avec des inscriptions. Et une forte accélération depuis début juillet.”

Bien souvent, les auteurs de ces dégradations ne sont jamais identifiés. En Haute-Loire, les autorités se disent prêtes à utiliser des caméras de vidéosurveillance s’il le faut.

Source : BFMTV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *