«Gilets jaunes» : le patron de la gendarmerie parle de «violences illégitimes»

Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale depuis 2016, a indiqué samedi 8 juin à Libération son point de vue sur les violences qui ont émaillé les manifestations des “gilets jaunes” depuis novembre.

“Je préfère le terme de «violences illégitimes». Dans le cadre du maintien de l’ordre, les forces engagées répondent à une agression. Elles ont donc une légitimité à intervenir. Pour mener à bien cette mission, elles peuvent utiliser la force, dans un cadre réglementaire. Après, on peut discuter de la légitimité de la violence dans tel ou tel cas, mais c’est à la justice de le dire. Un certain nombre d’enquêtes sont en cours à ce sujet, et une inspection générale (IGGN) existe pour mener les investigations nécessaires. Si des violences illégitimes ont été commises, si des gendarmes sont sortis des clous, ils doivent bien sûr être sanctionnés, et c’est le rôle d’un chef que d’y veiller«, dit Richard Lizurey.

Ce dernier indique en outre que 5 saisines de l’Inspection générale de la gendarmerie nationale ont été ouvertes, contre 172 pour l’Inspection générale de la police nationale. «Je ne peux me prononcer que sur les saisines de l’IGGN, qui sont au nombre de 5 (3 à Paris et 2 en province). A cela, il faut ajouter 41 signalements pour des comportements dénoncés par des citoyens. Tous sont pris en compte», assure-t-il.

De nouvelles manifestations de «gilets jaunes» sont annoncées ce samedi 8 juin, notamment à Montpellier et Rouen. Samedi 1er juin, ils étaient moins de 10.000 à manifester à travers le pays.

Source : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *