“Gilets jaunes” : Éric Drouet, Maxime Nicolle et Jérôme Rodrigues en garde à vue en marge du défilé du 14-Juillet

661_magic-article-actu_3f4_ae4_08a9b31285926b87438b301c05_gilets-jaunes-eric-drouet-maxime-nicolle-et-jerome-rodrigues-en-garde-a-vue-en-marge-du-defile-du-14-juillet 3f4ae408a9b31285926b87438b301c05

Le “gilet jaune” Jérôme Rodrigues, le 16 février 2019 à Paris.
©ERIC FEFERBERG / AFP

Des “gilets jaunes” sont venus manifester dimanche matin aux abords des Champs-Élysées, théâtre de fortes tensions.  “Ceux qui ont voulu empêcher ce défilé devraient avoir un peu honte”, a estimé le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Près de huit mois après le début du mouvement de contestation sociale, les “gilets jaunes” ne lâchent rien. Après un nouveau samedi de manifestation, certains d’entre eux se sont invités ce dimanche au défilé du 14-Juillet sur les Champs-Élysées.

CaptureIls ont notamment sifflé le président Emmanuel Macron lors de sa descente de la célèbre avenue à bord d’un “command car”.

14 juillet: Macron hué lors de son passage sur les Champs-Élyséespar LeHuffPost

Un groupe d’une quarantaine de manifestants, se revendiquant “gilets jaunes”, a tenté de forcer une rangée de CRS sur la grande avenue parisienne, avant d’être encerclé par les forces de l’ordre.

Trois figures du mouvement entamé le 17 novembre, Éric Drouet, Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle, ont été interpellés et placés en garde en vue, le premier pour “rébellion”, les autres pour “organisation d’une manifestation illicite”, selon le parquet. Interpellés dans la matinée, ils ont été libérés au fil de la journée.

L’interpellation visiblement musclée d’Éric Drouet a provoqué de fortes tensions sur les Champs-Élysées entre manifestants et forces de l’ordre. “Un commissaire a même perdu son sang froid”, rapporte le journaliste Pierre Tremblay.

Lire la suite : Actu Orange

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *