Gilets jaunes. À Marseille, les gendarmes auraient menacé de verbaliser des manifestants

FDU181218A-Des Gilets jaunes installés sur le rond-point Armor près du centre Atlantis à Nantes (Photo d’illustration). | FRANCK DUBRAY / OUEST-FRANCE

À Marseille, des Gilets jaunes assurent avoir été menacés par les gendarmes d’une amende de 1 500 à 3 000 euros pour « occupation du domaine public ». Si aucune contravention n’a encore été dressée par les forces de l’ordre, les manifestants dénoncent une volonté de « faire taire » le mouvement.

L’Etat envisage-t-il de distribuer des amendes pour inciter les Gilets jaunes à quitter les ronds-points ? Thierry Dechaume, coordinateur du mouvement sur la Côte Bleue, à l’ouest de Marseille, affirme avoir reçu la visite d’un gendarme sur le rond-point qu’il occupait pacifiquement à Rove (Bouches-du-Rhône).

Selon lui, devant les manifestants, le lieutenant aurait évoqué la possibilité de sanctions financières, rapporte Le Figaro ce mercredi 2 janvier.

Occupation illégale du « domaine public routier »

« Le gendarme m’a informé que l’article R116/2 du Code de la voirie routière stipule qu’il est interdit d’occuper sans autorisation préalable le domaine public routier ou ses dépendances. Que nous risquions en conséquence une amende de 5e classe », a confié Thierry Dechaume au quotidien. Soit 1 500 à 3 000 euros, selon les cas.

La discussion n’est pas allée plus loin, mais le coordinateur des Gilets jaunes ne décolère pas. « Le rond-point reste le seul endroit permettant de rendre visible notre mouvement. Le gouvernement a donné pour consigne de nous criminaliser et de nous judiciariser individuellement. C’est une manière de faire taire les gilets jaunes », s’indigne-t-il.

Aucune contravention pour le moment

Comme le rappelle Le Parisien, l’article R116-2 du Code de la voirie prévoit de punir ceux qui « sans autorisation, auront empiété sur le domaine public ou accompli un acte portant ou de nature à porter atteinte à l’intégrité de ce domaine ou de ses dépendances, ainsi qu’à celle des ouvrages […] établis sur ledit domaine ».

Contactées par Le Figaro, ni la préfecture de police, ni la gendarmerie n’ont confirmé avoir donné des consignes visant à verbaliser les « Gilets jaunes » pour occupation du domaine public. Pour l’heure, aucune contravention n’a encore été dressée par les forces de l’ordre.

Gilets jaunes. À Marseille, les gendarmes auraient menacé de verbaliser des manifestants
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.