Geneviève Legay : le policier présente ses regrets mais juge n’avoir pas commis de faute

16762771Geneviève Legay, 73 ans et inconsciente après une chute provoquée par un policier le 23 mars dernier à Nice. (Claude Paris/AP/SIPA)

Le fonctionnaire de police se dit “très affecté par les blessures causées”, mais estime n’avoir pas commis de faute.

La photographie la montrant étendue au sol dans une flaque de sang a fait le tour du monde. Geneviève Legay, gilet jaune niçoise bousculée samedi 23 mars au cours d’une manifestation sur la place Garibaldi de Nice, est gravement blessée à la tête. Elle est toujours hospitalisée. Dans un communiqué transmis par son avocat et publié par “Nice Matin”, le policier à l’origine de sa chute lui a adressé ses pensées… tout en se dédouanant, estimant n’avoir pas commis de faute.

“Mon client tient tout d’abord à exprimer ses plus sincères regrets quant aux conséquences de l’intervention des services de police causées sur la personne de Madame Geneviève Legay et aux blessures qu’elle a subies à cette occasion”, précise d’emblée le texte. 

Lire aussi : Geneviève Legay a bien été poussée par un policier, reconnaît le procureur

“Aucune infraction pénale”

Me Adrien Verrier, qui représente ce fonctionnaire de police, insiste sur le fait que son client n’a, selon lui, fait qu’obéir aux consignes qui lui avaient été données. A savoir, “dans le strict respect des ordres donnés par sa hiérarchie lesquels s’inscrivaient dans le cadre d’un rassemblement illégal, après trois sommations faites aux manifestants d’avoir à se disperser, qui leur ont clairement été exprimées et auxquelles ils n’ont pas déférés”.  “À aucun moment il n’a entendu dissimuler ses actes ni l’identité de la personne dont il a été en contact (…) Il n’a donc agi que dans le strict respect des ordres qu’il a reçus et, encore une fois très affecté par les blessures causées à Madame Legay, il n’a pas excédé les attributions qui lui ont été confiées”.

A Nice ce samedi 30 mars, quelque 300 personnes se sont dirigées en signe de soutien vers l’hôpital où Geneviève Legay, militante d’Attac, est toujours hospitalisée. Le procureur a déclaré vendredi que la chute de la septuagénaire avait été provoquée par un policier, qui a rectifié son témoignage après avoir affirmé avoir poussé un homme.

Source : L’Obs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *