Gendarmerie : une prise de commandement pour deux

La lieutenante Florine Locatelli et l'adjudant-chef Franck Coffin. / Photo F.P.
La lieutenante Florine Locatelli et l’adjudant-chef Franck Coffin. / Photo F.P.

La cour de la gendarmerie de Limoux avait hissé les couleurs, et les gendarmes avaient revêtu leur tenue d’apparat. C’était jour de cérémonie à la caserne. Une prise de fonctions pour deux gendarmes, chacun à son grade et dans son service.

La première à prendre le commandement des 36 gendarmes sous ses ordres, des mains du chef d’escadron Marie-Isabelle Serror, fut la lieutenante Florine Locatelli, 25 ans à peine. À ce titre, la commandante lui demanda immédiatement «d’être engagée et bienveillante». Après des études à Science Po Bordeaux, la jeune femme décide de passer, en 2015, le concours d’entrée à l’école des officiers de la gendarmerie nationale, à Melun. Deux années plus tard et après une brillante réussite à ses examens, en juin dernier, la jeune Picarde, native de Saint-Quentin, sort de sa promotion lieutenante et choisit Limoux comme première affectation. «C’était une volonté de ma part de descendre dans le Sud. J’avais fait le tour de la région en famille, il y a quelques années, pendant mes vacances scolaires. Et j’en avais gardé un excellent souvenir, d’où ce retour. Même si c’est ma première affectation, j’aborde mon poste avec humilité et confiance. Je suis très bien entourée». La lieutenante, très sportive, devrait prochainement s’inscrire au club de badminton de la ville et préparer sa tenue de ski pour affronter avec joie ses premiers flocons dans les Pyrénées. Pour l’adjudant-chef Franck Coffin, ancien militaire du Psig Sabre d’Évreux (unité d’intervention armée d’équipements améliorés), il aura en charge, dorénavant, la direction du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig) de Limoux. À 52 ans, ce militaire a commencé sa carrière à l’école de sous-officiers de Saint-Cyr Coëtquidan, avant d’intégrer la Garde républicaine affectée à la présidence de la République, et d’en partir, seize ans plus tard, pour rejoindre le Psig d’Évreux, puis prendre le commandement du Psig de Limoux. Ce passionné de moto espère découvrir, avec son épouse infirmière, le Limouxin sur deux roues.

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.