Gendarmerie : les quatre vérités d’un quatre-étoiles

Entretien. Déplacé de son poste de numéro 3 de la gendarmerie après avoir commenté la politique pénale du gouvernement, le général Soubelet sort de son devoir de réserve et s’explique dans un livre.

Propos recueillis par Jean-Marc Ducos et Éric Pelletier | | MAJ :

« J’étais pétri de certitudes à 21 ans. Je n’en ai plus une seule aujourd’hui. Mais entre-temps, j’ai acquis des convictions », reconnaît Bertrand Soubelet.
« J’étais pétri de certitudes à 21 ans. Je n’en ai plus une seule aujourd’hui. Mais entre-temps, j’ai acquis des convictions », reconnaît Bertrand Soubelet. (MaxPPP/Thomas Padilla.)

Un officier général, ça ferme sa gueule ou ça démissionne. Bertrand Soubelet, 56 ans, a choisi une troisième voie : écrire un livre, intitulé « Tout ce qu’il ne faut pas dire »*, qui…

Source : Le Parisien (article payant)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.