Gendarmerie : le nouveau chef arrive de Guyane

Gendarmerie : le nouveau chef arrive de Guyane
Après quatre ans en Guyane, l’adjudant-chef, Patrick Maradene se pose à Matha. ©

PHoto PH. P.

Depuis le début du mois de septembre, l’adjudant-chef Patrick Maradene, âgé de 46 ans, est à la tête de la brigade de gendarmerie de Matha. Il sera également l’adjoint du major Pascal Tournois, commandant la communauté de brigades, Matha-Burie.

Il arrive de la Guyane où il vient de terminer un séjour de quatre ans, passé exclusivement sur les rives du fleuve Maroni, en pleine forêt amazonienne, là où sévissent les orpailleurs clandestins. Outre sa fonction de commandant d’unité, il confie : « Ce fut un travail de terrain atypique chez les Djukas, une communauté de noirs-marrons vivant dans le Haut-Maroni et dont les ancêtres avaient fui les plantations esclavagistes du Suriname il y a plus de deux siècles ». Des souvenirs de ce séjour outre mer, il y en a des bons comme la découverte d’une société encore très imprégnée par les traditions, et des moins bons liés à des homicides ou des braquages sur des mines d’orpaillage légales.

Souvenirs d’enfance

Après avoir intégré l’école de sous-officiers de gendarmerie de Chaumont (Haute-Marne) en 1989, il obtient l’examen d’officier de police judiciaire en 1995 et à l’issue il monte en grade au cours de ses différentes affectations (Ile-de-France, Guadeloupe, Midi-Pyrénées). La région du Poitou-Charentes ne lui est pas inconnue. Hormis son passage à Rochefort pour effectuer le stage national de qualification au commandement, dont le succès conditionne l’avancement aux grades supérieurs chez les sous-officiers, il se souvient de ses vacances estivales sur la Côte sauvage quand il était enfant. Une partie de son adolescence s’est déroulée à Surgères et il a accompli son service militaire non loin d’ici, à la base aérienne 709 de Cognac.

Ce gradé de gendarmerie a une passion pour les voyages et la littérature, notamment l’œuvre de Guy de Maupassant qu’il apprécie particulièrement tant elle échappe à l’usure du temps selon ses propos.

Source : Sud Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.