Gendarmerie : fermeture définitive le 31 juillet

Le colonel François-Xavier Lesueur, l'adjudant Philippe Pouvreau et trois gendarmes de la brigade de Saint-Aubin.

Le colonel François-Xavier Lesueur, l’adjudant Philippe Pouvreau et trois gendarmes de la brigade de Saint-Aubin. |

Mardi soir, a eu lieu la cérémonie de fermeture de la gendarmerie de Saint-Aubin-d’Aubigné. Celle-ci sera effective à partir du 31 juillet.

« Ce n’est pas quelque chose de banal de fermer une unité de gendarmerie. Il y a eu beaucoup d’échanges entre nous pour expliquer le projet, mais également vous rassurer sur l’avenir ».

C’est avec ces mots que Philippe Pouvreau, adjudant, commandant la brigade de Saint-Aubin a, de nouveau, voulu rassurer Jacques Richard, maire, et les élus des communes voisines, mardi soir, lors de la cérémonie de fermeture de la brigade, effective au 31 juillet.

« Je peux vous assurer que tout est fait pour que la transition se passe le mieux possible et que la population de nos villages ne se sente pas laisser pour compte mais, au contraire, augmenter la présence de la gendarmerie », continuait Philippe Pouvreau.

« Une page se tourne »

Cette année, cinq gendarmes étaient présents à Saint-Aubin. Trois d’entre eux rejoindront la brigade de Betton. La gendarme adjointe volontaire partira à Locminé (56) et l’adjudant Philippe Pouvreau prendra le commandement de la brigade de Maure-de-Bretagne.

« Une page d’histoire se tourne, la première trace que nous trouvons sur la gendarmerie de Saint-Aubin date de 1904 avec une première brigade à pied », a précisé le colonel François-Xavier Lesueur, commandant le groupement de gendarmerie départementale d’Ille-et-Vilaine.

« Le bâtiment actuel, qui a toujours été une caserne, a été construit en 1938, puis rénové et agrandi avec un second bâtiment en 1977, indique l’adjudant Philippe Pouvreau. Ce n’est pas une chose facile de vous quitter après trois belles années où nous avons pu vivre plein de choses, tristes ou joyeuses. Mais sachez que nous garderons un très bon souvenir de notre passage à Saint-Aubin-d’Aubigné. »

Interrogé sur la fermeture définitive de la brigade, Jacques Richard, maire, a précisé que « le 30 mars 2015, à l’unanimité, les élus ont voté une motion contre la fermeture des brigades de Saint-Aubin et de Sens-de-Bretagne. Cela n’a pas empêché le ministre de l’Intérieur, par son arrêté du 11 mai, de dissoudre la brigade de Saint-Aubin et de rapprocher celle-ci de celle de Betton. En termes de services, ce sera plus accessible aux habitants, au quotidien. Avant, ils devaient se déplacer jusqu’à Hédé-Bazouges, lorsque Saint-Aubin était fermé. Betton est plus proche et cela permettra aux gendarmes d’être plus présents sur la commune et de faire plus de rondes. »

À partir du 1er août, les habitants de Saint-Aubin, Mouazé, Chevaigné, Saint-Germain-sur-Ille, Saint-Médard, Andouillé, Aubigné et Montreuil-le-Gast pourront contacter la brigade de Betton, 63, avenue d’Armorique, 02 99 55 85 38, du lundi au samedi de 8 h à 12 h et de 14 h à 18 h et le dimanche de 9 h à 12 h et de 15 h à 18 h. En cas d’urgence : appeler le 17, 24/24.

Source : Ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.