Gendarmerie et guardia civil sur le chemin de la Nuba, la plus grande discothèque du Pays basque

Dans la nuit de samedi à dimanche, gendarmerie et guardia civil ont mené des contrôles à Dancharia. ” Sud Ouest” était à leurs côtés.

Tous les véhicules sont déviés et systématiquement contrôlés.

Tous les véhicules sont déviés et systématiquement contrôlés. (photos jean-daniel chopin)

Dans la nuit de samedi à dimanche, les jeunes qui ont fait le chemin jusqu’au village espagnol frontalier de Dancharia, pour une soirée dans la discothèque la Nuba ont trouvé sur leur chemin la guardia civil et la gendarmerie. Quelques mètres après la frontière, des plots de signalisation de couleur orange dévient la route des automobiles, alors qu’un membre de la guardia civil invite le conducteur à faire halte dans une station-service.

Sous les panneaux lumineux annonçant une « gasolina » à des tarifs encore suffisamment attractifs pour motiver les Français à venir faire leurs courses dans ce paradis de la supérette, les automobilistes obtempèrent. Le dispositif est plutôt impressionnant : cinq membres de la compagnie de gendarmerie de Bayonne, dont le commandant Christophe Vila ; et huit membres de la guardia civil, dirigés par un lieutenant, et accompagnés d’un labrador blanc, renifleur de produits stupéfiants.

90 % de la clientèle française

Dans le halo des lampes torches, les jeunes venus de l’agglomération bayonnaise, des Landes, de Gironde, de Charente-Maritime ou du Béarn tendent papiers d’identité, papiers du véhicule, permis de conduire, assurance. Les requêtes des gendarmes et des gardes civils ne varient pas d’un véhicule à l’autre ; en majorité de petites cylindrées, occupées par quatre ou cinq personnes. Les demandes sont effectuées en espagnol ou traduites en Français, car désormais, « avec la crise du côté espagnol, 90 % de la clientèle de la Nuba est française », explique le lieutenant. En effet, « la plus grande discothèque du Pays basque », comme le vante son site Internet, a connu des jours plus fastes, et une fréquentation à quatre chiffres, les samedis soirs. Mais ce samedi, la soirée thématique « mousse » a tout de même attiré trois bus, affrétés par la société Le Basque Bondissant, dont un autobus à deux niveaux.

L’afflux de clientèle a parfois suscité quelques débordements, à Dancharia, sur les parkings. Aujourd’hui, l’ambiance est plus calme. Il arrive qu’on y fasse le coup-de-poing entre équipes de rugby rivales, mais rien de grave. « Depuis mon arrivée, en août 2010, il n’y a pas eu un seul accident de la circulation dû à une sortie de discothèque alcoolisée », note le commandant Vila. Les contrôles sont organisés dans le cadre du traité de coopération policière entre la France et l’Espagne (1). Tous les quinze jours actuellement, plus fréquemment pendant l’été.

Lire la suite : Sud-Ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *