Gendarmerie : départ du major Alain Chavès

L'heure de la retraite pour le major Alain Chavès. / Photo DDM

Au terme de 34 ans de service actif dans la gendarmerie nationale, le major Alain Chavès prendra sa retraite le 1er août. Ce Mazamétain a pris le commandement de la brigade st-amantaise en 2001 et a depuis toujours dirigé les personnels de gendarmerie sur la haute vallée du Thoré : il a travaillé avec le PSIG entre 2004 et 2009, puis avec la brigade de Mazamet jusqu’à sa fermeture. En 2011, il prenait le commandement de la Communauté de brigades St-Amans/Labastide-Rx/Anglès jusqu’à aujourd’hui : 13 communes de Pont-de-l’Arn aux limites de l’Hérault, et la montagne, un territoire de 10 000 hectares et 10 000 habitants sur lequel assurer la sécurité des biens et des personnes avec 15 personnels et 4 véhicules. La tâche n’a pas toujours été facile ! «J’ai bénéficié de soutiens précieux, précise-t-il, dont celui, essentiel, de tous les élus et secrétaires de mairie de ce territoire.»

Le major Alain Chavès a connu la vie des «quartiers», il a côtoyé la pauvreté, le chômage, les adolescents en errance qui sombrent parfois dans la criminalité. Il a découvert la gendarmerie pendant son service militaire et s’est engagé aussitôt celui-ci terminé. Il a effectué sa formation à l’école de gendarmerie de Montluçon : a suivi une première affectation en Dordogne, puis dans l’Aude avant le retour dans le Tarn, à Lautrec puis St-Amans-Soult. Dans ses fonctions, il a toujours su privilégier l’aspect humain, le respect, la tolérance, la prévention plutôt que la répression. Les habitants de ce secteur rural ont apprécié son travail, ils lui ont toujours accordé leur confiance. Il leur en garde d’ailleurs une grande reconnaissance. Dans quelques jours, il pourra profiter d’une retraite bien méritée auprès de sa famille dans le Mazamétain. Le club de tennis de table de Lacabarède sait pouvoir compter sur lui pour défendre ses couleurs dans l’équipe phare en division régionale dont il est l’un des licenciés les plus anciens. Et il profitera d’autant mieux de cette liberté nouvelle qu’il sait laisser la communauté de brigades entre de bonnes mains, celles de l’adjudant-chef Nicolas Vitali qui en prendra le commandement mi-août.

Source : La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.