Gendarmerie : délits stables, résolutions en hausse

201802201114-full 
Gendarmes et élus réunis au hall des sports de Colombiès./ Photo DDM
 

Vendredi 9 février, à Colombiès, étaient réunis autour de Rodolphe Part, commandant de la compagnie de Villefranche-de-Rouergue, tous les militaires de la communauté de brigades de Rieupeyroux ainsi que les élus locaux. L’inspection annuelle est, en effet, l’occasion de dresser le bilan de l’année écoulée. Un bilan chiffré, mais également un bilan humain, tenant compte de l’évolution et de la réorganisation de la communauté de brigades.

La brigade a perdu le secteur de Najac mais a récupéré les communes de Castanet, de Colombiès et de Sauveterre-de-Rouergue. Deux sous-officiers et trois gendarmes adjoints volontaires sont partis ; les élèves gendarmes Laurine Mullois et Sofiane Belkouche et les gendarmes adjoints volontaires Aymeric Burac, Charlotte Jolly et Florian Biasotto ont intégré la communauté de brigades. L’extrême jeunesse de l’équipe actuelle est à noter : 30 ans de moyenne d’âge, et ce… même en tenant compte de l’âge du major (qui n’est pas si vieux) ! Enfin, deux concours d’officier de police judiciaire ont été réussis.

Bilan des interventions

La communauté de brigades de Rieupeyroux, c’est 297 interventions en 2017, dont 28 % de nuit pour des accidents de la route, des problèmes familiaux… Chaque semaine, chaque militaire effectue une tournée de nuit, de 19 heures à 7 heures. Avec 180 délits, c’est la stabilité par rapport aux années précédentes : violences intrafamiliales, cambriolages et vols (essentiellement de véhicules ou dans les véhicules) forment l’essentiel des délits. Les cambriolages sont imputés le plus souvent à de la délinquance de passage.

Quand, en France, seules 43 % des affaires sont élucidées, c’est un taux de résolution de 73 % (53 % en 2016) qui est atteint à Rieupeyroux.

Aucun mort n’est à déplorer sur les routes du secteur cette année : 3 accidents corporels et 4 blessés graves. 23 excès pour grande vitesse ont été constatés, dont des excès de plus de 40 km/heure au-dessus de la vitesse autorisée, excès qui ont valu à leurs auteurs une suspension de permis immédiate. 29 conduites sous l’empire d’un état alcoolique et 14 conduites sous l’emprise de stupéfiants ont été verbalisées, 43 permis retirés.

Source : La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.