France, ton avenir fout le camp !

Tel est le constat que l’on peut faire aujourd’hui. Voila bientôt 40 ans que notre pays se meurt du dogme socialiste qui a lobotomisé les populations : un peuple sans mémoire est condamné à répéter son passé indéfiniment. La chienlit soixante-huitarde a eu dans les cerveaux la même action dévastatrice que les fumées du  Hachich ou de l’opium. Ceux qui avaient en charge l’État, l’ont laissé se déliter, sacrifiant l’avenir au maintien d’avantages matériels mesquins et égoïstes.

L’éducation nationale annonce des taux de réussite au BAC de 80%, alors que 30% des candidats ont non seulement du mal à comprendre les sujets, mais du mal à s’exprimer. Ce n’est pas pour rien si année après année nous reculons dans les classements internationaux. La mode est à « l’ordinaire », au médiocre, au nivellement par le bas  et corollairement nos vraies élites s’expatrient là ou leur valeur est reconnue et appréciée. Les médiocres n’ont pas plus d’idées qu’ils n’ont de valeurs à défendre, pas même les hypothétiques  « valeurs de la république » qu’ils seraient bien en peine de définir ; dès lors à quoi sert une armée puisqu’il n’y a plus rien à défendre. Après s’être débarrassé de la conscription citoyenne on réduit drastiquement nos capacités de défense : 45 avions en état de vol, seulement 15000 hommes projetables (la valeur d’une division), nos forces navales sont à la merci des rares disponibilités de notre unique porte avion, les matériel sont séniles faute de renouvellement.

Notre industrie est en grande partie aux mains de groupes étrangers quand elle n’est pas délocalisée dans des pays à moindre coût. Même notre sol est bradé aux convoitises étrangères : aussi bien les terres à blé  que les vignobles dont la Chine est si friande. Il nous reste le tourisme me direz vous ? Erreur, la finance apatride sévit là aussi et nos meilleurs hôtels, nos meilleurs restaurants ont été rachetés ; on vend nos aéroports, nos installations portuaires !

Mais notre asservissement va plus loin encore : Cette Europe sans frontières que le peuple avait refusé et que lui ont imposées ses élus (!), cette Europe dirigée par des « commissaires » auto proclamés, qui n’ont de comptes à rendre qu’au monde de la finance internationale, cette Europe oligarchique a décidé que ses décisions et ses lois seraient prépondérantes sur celles des parlements nationaux. Cette Europe suit les préceptes de machiavel qui conseillait au prince de diviser pour régner : elle a donc décidé de casser les nations existantes en obligeant les pays à créer de grandes entités territoriales qui tiendront directement leurs subsides de Bruxelles : la France des 90 départements, est devenue  celle des 23, puis des 13 régions comparables aux landers d’outre-Rhin … !

Pour ce qui est de nos libertés individuelles, le recul est plus insidieux : la constitution garantie la liberté de penser et de parole…pourtant l’utilisation de certains mots du dictionnaire peut vous mener en prison, on ne peut plus appeler un chat, chat. Les censeurs des droits de l’homme sont à l’affut et de nos jours L.S Senghor ne pourrait plus  chanter « la négritude » sans être traduit en justice par les ligues bien pensantes, et durement condamné. Grâce à internet, vous n’avez plus de secret pour personne, même l’argent gagné à la sueur de votre front est susceptible d’être saisi par l’État pour « renflouer » les banques privées… !

De Gaule à dit «  Face aux grands périls, il n’est de salut que dans la grandeur ».

Le salut du pays n’échappe pas à cette évidence, il nous faut des Hommes d’État qui oublient leurs intérêts personnels pour ne s’occuper que des intérêts du Pays.

Michel ROGER – VPF 91

Source : Volontaires Pour la France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.