Fraize : le départ de l’adjudant-chef Trur

Le commandant de la brigade de Fraize quitte la vallée pour prendre, dès le 16 juillet prochain, le commandement de la brigade autonome de Bruyères. Il a fait ses adieux.

L’adjudant-chef Trur (deuxième à droite) et son sourire légendaire… (Photo Ph.C.)  L’adjudant-chef Trur (deuxième à droite) et son sourire légendaire… (Photo Ph.C.)

Il avait su nouer des contacts très cordiaux avec les élus, les responsables associatifs et plus globalement la population. Le maire de Fraize, Jean-François Lesné se souvient notamment du sourire de ce militaire affable. L’adjudant-chef Trur va très prochainement quitter la brigade de Fraize, pour prendre le 16 juillet prochain le commandement de la brigade autonome de Bruyères. Trois ans jour pour jour après son affectation au sein de la communauté de brigade de Fraize-Corcieux, l’adjudant-chef Trur quitte la vallée de la Haute-Meurthe avec des motifs de satisfactions mais aussi les regrets de quitter une « région attachante ».

Michel Trur a réuni ses amis, ses collègues, les élus mais aussi les officiers de la compagnie de Saint-Dié, voici quelques jours pour marquer son départ, aux côtés de son épouse et de son fils. Le chef d’escadron Cyrille Guiboud-Ribaud était présent ainsi que son adjoint le capitaine Dominique Bertrand, et le commandant de la communauté de brigades Christian Wioland. Ce dernier a loué « l’excellent travail de l’adjudant-chef Trur, sa faculté d’adaptation et sa rigueur reconnus par la hiérarchie. » Michel Trur a en effet été inscrit au tableau d’avancement et sera promu major d’ici quelques mois.

L’adjudant-chef a dressé dans son discours le bilan de ses trois années.

« Le management des personnels et la gestion d’une unité correspondent parfaitement aux responsabilités que je sollicitais. C’est palpitant de diriger une équipe afin d’obtenir l’adhésion de tous les personnels qui ont tous des qualités dans différents domaines tout en étant polyvalents. La polyvalence étant le socle et la force de la gendarmerie ».

Michel Trur a évoqué les bons moments, mais aussi les plus douloureux. « Je retiendrai un événement malheureux en l’occurrence la blessure en service du gendarme Piétin et les dommages collatéraux des trois autres personnels ».

Parmi les moments plus heureux figurent ses échanges avec tous les élus. « Je retiendrai leur disponibilité, leur écoute, leurs compétences. Moi qui ne connaissais pas le secteur Fraize-Corcieux, j’ai découvert ces deux cantons avec beaucoup d’enthousiasme de part ses atouts géographiques et humains, ses entreprises, ses artisans, ses agriculteurs, ses associations sportives, culturelles et leurs envies de progresser, d’investir, d’aller de l’avant malgré les difficultés. »

Pour conclure, l’adjudant-chef Trur s’est souvenu d’un entretien avec un commandant de compagnie, le capitaine Gaumet, auprès duquel il avait exposé ses motivations et mes arguments avant qu’il rédige son transmis.

« A la fin de l’entretien, cet officier, en conclusion m’a déclaré : Trur, je vous prédis une belle carrière en gendarmerie et ce jusqu’à accéder au grade de major. » Une révélation devenue réalité quelques années plus tard…

Source : Vosges matin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.