Fillette de 11 ans poignardée à Castelnaudary : sa belle-mère en garde à vue

image

Une petite fille de onze ans est morte, poignardée par sa belle-mère, à Castelnaudary, dans la nuit de samedi à dimanche, sur fond de conflit familial.

Gendarmes et pompiers sont arrivés sur place aux alentours de 23 h 30, appelés par des voisins qui avaient été alertés par des cris. À leur arrivée, ils ont trouvé la petite fille allongée dans son lit, grièvement blessée. Une arme blanche ensanglantée a également été retrouvée près d’elle. Malgré leurs efforts pour la réanimer, les secours n’ont pu que constater le décès de l’enfant, aux alentours d’une heure du matin.

Selon les premiers éléments de l’enquête, une dispute aurait éclaté entre le père de l’enfant, sergent dans la légion étrangère à Castelnaudary, et sa compagne. Cette dernière aurait ensuite poignardé sa belle-fille. Le père, en tentant d’intervenir, a lui aussi été blessé aux jambes.

Ce samedi soir, le père de la victime et sa compagne ont tous les deux été placés en garde en vue. L’enquête a été confiée à la section de recherches de Montpellier, et l’autopsie de l’enfant doit être pratiquée « rapidement », a indiqué la procureure de la République Florence Galtier.

Famille recomposée

La fillette vivait avec son père et sa belle-mère, depuis le mois de juillet dernier, après une décision du juge aux affaires familiales. La famille habitait un appartement de la résidence Palissy, chemin des Protestants, à Castelnaudary. Ce dimanche matin, la nouvelle du drame n’avait pas encore l’air d’avoir fait son chemin, parmi les quelques voisins qui se promenaient entre les allées tranquilles de la petite résidence de sept bâtiments. Une tranquillité vite évanouie lorsque vers 11 h 30, une fourgonnette de la gendarmerie est venue se garer sur le parking du bâtiment G.

Plusieurs gendarmes de la section de recherche de Montpellier en sont sortis, avant de se diriger vers l’immeuble, escortant un individu entravé, probablement, le père, mais dont l’identité n’a pas été communiquée.

Quelques instants plus tard, ils ont été rejoints par des hommes de la brigade de gendarmerie de Castelnaudary, chargés de surveiller les accès du bâtiment.

Ce dimanche soir, la garde à vue du père de l’enfant était levée, alors que celle de la belle-mère se poursuivait, avant la vraisemblable ouverture d’une information judiciaire.
Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.