Fausse arrestation de Dupont de Ligonnès: la police traque l’origine des fuites

une-voiture-de-police-devant-le-domicile-de-xavier-dupont-de-ligonnes-a-nantes-le-12-octobre-2019_6234528

Une voiture de police devant le domicile de Xavier Dupont de Ligonnès à Nantes, le 12 octobre 2019.

Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Plusieurs policiers de haut rang ont été entendus par l’IGPN. Objectif: identifier l’origine des fuites ayant conduit à la publication d’une fausse information.

L’information erronée sur l’arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès, diffusée le 11 octobre dernier, continue de provoquer des remous. Au sein de la police, cette fois. L’annonce de l’interpellation à l’aéroport de Glasgow (Ecosse) du plus célèbre fugitif de France – en cavale depuis 2011 après l’assassinat de sa femme et de leurs quatre enfants, à Nantes -, avait fait l’effet d’un coup de tonnerre, ce vendredi d’octobre, vers 20h30. Révélé par Le Parisien, le « scoop » était confirmé une demi-heure plus tard par l’Agence France presse (AFP), puis repris en boucle par la quasi-totalité des médias français, dont L’Express. Avant de finir en pétard mouillé le lendemain à 12h55, quand l’AFP rectifiait le tir: sur la foi de tests ADN, l’homme arrêté n’était pas le fameux Dupont de Ligonnès.

Dans un nécessaire et louable mea culpa, les journalistes du Parisien et de l’AFP expliquaient alors s’être appuyés respectivement sur cinq sources (pour le quotidien) et quatre sources (pour l’agence) policières françaises différentes pour vérifier l’information qui s’était finalement révélée erronée. Lesquelles sources s’étaient fiées aux éléments factuels transmis par la police écossaise… L’ensemble des médias faisait à son tour amende honorable.

Lire la suite : L’Express

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.