Exclusif : La nervosité de Pfizer concernant les origines de son vaccin COVID cache une histoire d’horreur cet article traduit de l anglais et une bombe !

On savait que les bigpharma était derrière les encouragements à l’avortement y compris la dernière proposition d’avortements à terme sous de fallacieux prétextes sociaux car c’est une source de “matière première” pour leur saloperie d’industrie vaccinale et ça ne date pas du covid.
Ce qui est dénoncé là est d’un autre niveau dans l’horreur et dans la déchéance de l’humanité par cupidité. Tous ceux qui participent à ce genre de manipulations criminelles, chercheurs scientifiques ou petites mains ne sont pas des humains et doivent être éliminés.
Il se pourrait que le trafic d’êtres humains de toutes conditions et de tous âges qui finira bien par être mis au jour révèle le rôle des bigpharma dans ces trafics. Robert David Steeles récemment décédé disait dans une assemblée de magistrats il y a quelques années qu’il y avait plus de 8 millions d’enfants enlevés dans le monde. Dans le lot il y a fatalement des gamines enceintes dont on fait ce qu’on veut.

Cette histoire, inconnue jusqu’à présent, devrait au minimum exiger l’approbation de toute demande d’exemption religieuse de l’employeur ou du gouvernement en matière de vaccination.

Le 6 octobre, avec l’aide du Project Veritas (PV) de James O’Keefe, un dénonciateur de Pfizer a révélé, dans des courriels internes ayant fait l’objet d’une fuite, que les dirigeants de la société avaient, selon les termes de PV, « demandé au personnel de garder le secret sur l’utilisation de tissus fœtaux humains dans les tests de laboratoire du vaccin COVID ».

La vidéo cite un courriel du directeur principal de la recherche mondiale de la société, qui admet qu’ »une ou plusieurs lignées cellulaires dont l’origine peut être retracée jusqu’au tissu fœtal humain ont été utilisées dans des tests de laboratoire associés au programme de vaccination ». Le directeur scientifique de l’entreprise identifie spécifiquement la lignée cellulaire en question comme étant « des cellules HEK293T… (qui) sont finalement dérivées d’un fœtus avorté ».

La résistance de Pfizer à divulguer les origines de son vaccin semble inexplicable pour au moins trois raisons.

Pfizer’s resistance to disclosing the roots of its vaccine’s origins seems inexplicable for at least three reasons.00:1901:22https://imasdk.googleapis.com/js/core/bridge3.485.1_en.html#goog_100199568https://imasdk.googleapis.com/js/core/bridge3.485.1_en.html#goog_235965470https://imasdk.googleapis.com/js/core/bridge3.485.1_en.html#goog_537432774

TRENDING: Psaki on Inflation: « The American People Are Not Looking at Cost-to-Cost Comparisons From This Year to Two Years Ago » (VIDEO)

Premièrement, en décembre, la Congrégation pour la doctrine de la foi de l’Église catholique, à la lumière du degré d’urgence perçu présenté par la pandémie de COVID-19, a indiqué qu’ »il est moralement acceptable de recevoir des vaccins Covid-19 qui ont utilisé des lignées cellulaires de fœtus avortés dans leur processus de recherche et de production ». Dans des circonstances non urgentes, une telle action serait considérée comme une « coopération au mal » mortellement pécheresse, mais la Congrégation a indiqué que le pape François avait « examiné » leur travail et « ordonné sa publication. »

Deuxièmement, la recherche sur le tissu fœtal humain, bien que controversée (comme nous venons de l’indiquer), est menée depuis les années 1930 et aurait « contribué à la mise au point de vaccins contre un large éventail de maladies, notamment la polio, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’hépatite A et B, le zona et la rage. »

Troisièmement, HEK293, la lignée cellulaire citée par Pfizer, existe depuis près d’un demi-siècle et a été largement utilisée. Pour ne citer qu’un exemple parmi tant d’autres, on attribue aux cellules HEK293 « un grand nombre des médicaments antipsychotiques utilisés pour traiter les maladies mentales comme la schizophrénie et les troubles bipolaires ».

On pourrait penser que ces trois facteurs, en particulier la bénédiction de facto du Souverain Pontife, auraient poussé Pfizer à promouvoir, ou du moins à défendre fermement, son utilisation de la lignée cellulaire HEK293 comme un autre exemple brillant de progrès scientifique résultant de la recherche sur le tissu fœtal humain.

Les détails des origines brutales de HEK293 – et selon toute apparence, jusqu’à très récemment, largement non divulguées – expliquent le profond malaise de l’entreprise. Contrairement à près d’un demi-siècle de déformation et d’obscurcissement, la création du HEK293 n’est PAS le résultat d’un « avortement » au sens où l’entendent les gens ordinaires.

Un développement très récent permet de le confirmer.

En août, l’université de Pittsburgh a effectivement fait un aveu terrifiant. Le Center for Medical Progress, qui a dû demander l’aide de Judicial Watch avant que l’université ne réponde à sa demande en vertu de la loi sur la liberté d’information, a expliqué que le programme GUDMAP (nom complet : GenitoUrinary Development Molecular Anatomy Project) de l’école, avec l’aide des prestataires de services d’avortement de Planned Parenthood de la région, « permettait à des bébés, dont certains avaient atteint l’âge de la viabilité, d’être mis au monde vivants, puis de les tuer en leur coupant les reins ».

Publicité – l’histoire continue ci-dessous

Toute personne lisant cet article devrait certainement être d’accord sur le fait qu’une fois qu’un bébé est mis au monde vivant, le tuer ne devrait plus être considéré comme un avortement. Tuer un bébé livré vivant est un infanticide classique.

Les chercheurs de Pitt et le Planning familial ont dû recourir à cette horrible boucherie parce que c’est le meilleur et probablement le seul moyen de récolter certaines parties du corps utilisables, notamment les reins. La récolte de reins viables nécessite une circulation sanguine continue, qui nécessite à son tour un cœur qui bat, qui nécessite à son tour que le bébé soit vivant (ou du moins presque toujours) en dehors de l’utérus lorsque les reins sont prélevés.

La lignée HEK293 a été créée au début des années 1970. Quelques mois avant l’admission de l’Université de Pittsburgh, AnnaMaria Cardinalli, un écrivain extraordinairement perspicace et consciencieux, a détaillé la vérité accablante sur ses origines dans le magazine Crisis en janvier :

… Pour prélever un rein embryonnaire viable… les enfants suffisamment en bonne santé et en âge d’avoir des reins suffisamment développés doivent être retirés de l’utérus, vivants, généralement par césarienne, et se faire prélever les reins. Cette opération doit se dérouler sans anesthésie pour l’enfant, ce qui réduirait la viabilité des organes.

… Le meurtre délibéré d’un enfant non désiré (une petite fille, dans le cas de HEK 293) a eu lieu de la manière tortueuse qu’il a eue, précisément pour obtenir ses organes pour la recherche. Le prélèvement de ses organes a été la cause directe de sa mort, avant laquelle elle était un enfant vivant, hors de l’utérus.

Dans une correspondance électronique, Mme Cardinalli a indiqué, sur la base de ses propres discussions avec des experts médicaux et du « test de la raison », qu’à son avis, « nous parlons véritablement d’infanticide manifeste, et non d’avortement ». Dans son article, elle indique également qu’elle craint que « le pape François et le pape émérite Benoît n’aient pas eu cette information lorsqu’ils ont reçu les vaccins. »

Au cours des décennies qui ont suivi la création de HEK293, ses deux scientifiques les plus directement impliqués, les docteurs Alex van der Eb et Franklin Graham, ont été vagues dans leurs explications sur les origines de la lignée cellulaire.

Comme on peut le voir dans un projet de transcription d’une conférence de la FDA en 2006 (page 81), le Dr van der Eb affirme que « le rein du fœtus a été obtenu en 1972, probablement. Les données précises ne sont plus connues. Le fœtus, pour autant que je m’en souvienne, était tout à fait normal. Rien n’était anormal. Les raisons de l’avortement me sont inconnues. Je le savais probablement à l’époque, mais cela s’est perdu, toutes ces informations. »

Graham précise que « l’origine exacte des cellules fœtales HEK293 n’est pas claire. Elles pourraient provenir soit d’une fausse couche spontanée, soit d’un avortement volontaire. »

Cardinalli, qui n’était pas au courant de l’éventuelle spéculation de Graham sur la « fausse couche » lorsqu’elle a écrit son article, affirme qu’ »il est impossible qu’un avortement spontané puisse donner naissance à cette lignée cellulaire (car les reins ne peuvent pas rester viables au-delà de la brève fenêtre au cours de laquelle ils doivent être prélevés). » Il est assez révélateur que le Dr Graham ait spéculé sur quelque chose qui semble si clairement impossible.

Que la mémoire de l’un ou l’autre scientifique s’améliore ou non, il est difficile d’imaginer comment ils pourraient décrire leur travail autrement que ce que Cardinalli a décrit et ce que la déclaration de l’Université de Pittsburgh a confirmé.

Ils sont, bien sûr, les bienvenus pour essayer.

En attendant, il est indéfendable qu’un employeur ou une entité gouvernementale tente de forcer des personnes à se faire vacciner, à perdre leur emploi ou à renoncer à d’autres privilèges en raison d’un vaccin dont le développement est issu de l’infanticide.

Exclusive: Pfizer’s Nervousness About Its COVID Vaccine’s Origins Conceals a Horror Story

Source : NS2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *