[EXCLUSIF] Gros coup de filet de la gendarmerie dans un village du sud-Manche

591071

La perquisition des véhicules dans la cour du domicile des membres du réseau à Bellefontaine (sud-Manche), tôt dans la matinée de ce jeudi 27 septembre 2018.

– RZ

EXCLUSIF – Une perquisition a eu lieu ce jeudi 27 septembre 2018 à 6h du matin à Bellefontaine (sud-Manche), route de la Bagotière au lieu-dit La Cochardière-de-Haut.

Gros coup de filet jeudi 27 septembre 2018 à 6h du matin à Bellefontaine (sud-Manche), route de la Bagotière au lieu-dit La Cochardière-de-Haut. Les gendarmes ont perquisitionné une maison mitoyenne, isolée dans le haut de cette petite commune rurale de 133 habitants et procédé à plusieurs interpellations. Les occupants de cette maison en location, qui était en fait une base-arrière ou de repli, ont été mis en examen. Le procureur de la République devrait communiquer sur cette opération dans le courant de la journée.

Tabacs, bijouteries, etc.

Selon nos informations, cette bande est soupçonnée d’avoir écumé, depuis la fin de l’année dernière, le sud-Manche et plus précisément un certain nombre de tabacs (dont Virey, Folligny, Villedieu, etc.), des bijouteries (Mortain ou encore Saint-Hilaire), ainsi que le coffre de l’agence de La Banque Postale de Brécey en janvier 2018. Ils opéraient à bord de grosses cylindrées volées (immatriculées dans le Doubs et en Loire-Atlantique) comme en témoignent nos photos prises ce jeudi 27 septembre 2018 au matin.

Issus de la communauté des gens du voyage

Appartenant à la communauté des gens du voyage, cette bande “dangereuse” est très structurée, surtout pour parvenir écouler à la fois cigarettes et bijoux. Les ramifications du réseau s’étendraient jusqu’en région parisienne, à savoir en Seine-et-Marne et dans l’Essonne. L’un des protagonistes aurait même eu des liens avec le célèbre clan Hornec, des caïds de Montreuil (Seine-Saint-Denis) figurant dans la catégorie du grand banditisme et ayant recours à des pratiques mafieuses.

Des preuves irréfutables

Sur leur piste depuis plusieurs mois, les gendarmes surveillaient donc ces “oiseaux de nuit”, attendant de les interpeller potentiellement sur un retour (entendez par là, après un ou des cambriolages). Comme souvent, l’objectif était d’obtenir des preuves matérielles, irréfutables donc, venant valider des mois d’investigations. Car, dans ce milieu, les auteurs présumés ne parlent pas.

Source : La Manche Libre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *