État d’urgence: plus de contrôles et de militaires dans le Valenciennois

Les contrôles comme celui menés jeudi soir à Beuvrages vont être amenés à se démultiplier aux quatre coins l’arrondissement de dans le cadre des mesures adoptées suite à l’attentat de Nice.

Les contrôles comme ceux qui ont été menés jeudi soir vont être démultipliés. Avec le renfort notamment des militaires.  Photo Thomas Lo Presti.VDNPQR

Les contrôles comme ceux qui ont été menés jeudi soir vont être démultipliés. Avec le renfort notamment des militaires. Photo Thomas Lo Presti.

Des contrôles de police ou de gendarmerie « en tout lieu, même les plus improbables, et en toute heure, de jour comme de nuit, même les plus imprévisibles, prévient la sous-préfète d’Avesnes, Virginie Kles. L’objectif, c’est de compliquer les choses pour les personnes malintentionnées par une plus grande présence policière et des contrôles intensifiés. Les forces de l’ordre ne se cantonneront pas à contrôler les endroits où les individus savent qu’il y aura des contrôles. On ira là où ils pensent qu’on ne va jamais. »

Avec le renfort des militaires

Dans le cadre de l’opération Sentinelle portée par le président de la République, 700 militaires viennent d’être affectés dans la région pour renforcer les forces de l’ordre. Les effectifs affectés au Valenciennois viennent d’arriver hier dans notre arrondissement. Les militaires mèneront des patrouilles mixtes avec les gendarmes ou les policiers. « Les compétences administratives, législatives et militaires seront ainsi réunies lors de ces patrouilles. Et le renfort des forces armées va permettre de multiplier les patrouilles », précise aussi la sous-préfète. Notamment aux abords de la frontière ou des lieux d’affluence.

« Rassurer la population »

Le but de l’opération est d’assurer « une plus grande visibilité des forces de l’ordre pour rassurer la population. Même si le risque zéro n’existe pas, il s’agit d’affirmer l’état de droit sur le territoire français ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.