Et si les fuyards s’étaient réfugiés à la gendarmerie de Vienne

A Vienne, les gendarmes et leur famille ont été réveillés en pleine nuit. Deux fuyards étaient soupçonnés de s’être introduits dans le parc de la caserne, pour tenter d’échapper aux douaniers. Récit.

La caserne de gendarmerie de Vienne © Google street view© Google street view La caserne de gendarmerie de Vienne

L’histoire a été révélée par Le Dauphiné Libéré et confirmée par les forces de l’ordre. Tout a commencé vers 23 heures, ce mercredi 2 septembre. Alors que les douaniers de Valence effectuent des contrôles sur la Nationale 7, à hauteur des quais de Vienne, une voiture fait rapidement demi-tour en les apercevant. Une course-poursuite s’engage. La voiture fait une sortie de route, et l’un de ses occupants est interpellé tandis que les deux autres réussissent à prendre la fuite. Et tout ça, quartier de l’Isle, juste devant la caserne de gendarmerie, abritant la brigade et la compagnie de Vienne, mais aussi toutes les familles des militaires.

Si les fuyards ont été perdus de vue, une certitude: ils n’ont pu s’échapper que par une petite rue ou en entrant dans la caserne! Les gendarmes de permanence sont mobilisés, ceux qui dorment dans leur logement sont réveillés. Pendant près de deux heures, ils vont être une quinzaine à ratisser les jardins, les garages et tous les recoins où auraient pu se cacher les deux fuyards. Personne. La caserne s’est finalement rendormie vers 1 heure du matin. Le seul occupant du véhicule interpellé, très alcoolisé, a été confié aux policiers de Vienne.

Source : France3 Alpes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.