EMPLOI La gendarmerie recrute des officiers sur concours

L’examen est notamment ouvert à des titulaires de bac plus cinq. Après la sélection, la formation dure deux ans à Melun.


Après des études de droit et l’école des officiers de Melun, Fanny Cuillerdier commande la COB de Montdidier.
Après des études de droit et l’école des officiers de Melun, Fanny Cuillerdier commande la COB de Montdidier.

Les inscriptions pour devenir officier dans la gendarmerie sont ouvertes depuis ce 1er septembre et seront closes le 18 décembre prochain. Les élèves sélectionnés à l’issue du concours organisé à Issy-les-Moulineaux, intégreront l’école d’officier de la gendarmerie nationale durant deux ans à compter de début août 2016, pour la prochaine promotion. Ils y seront logés et percevront une rémunération d’environ 2 000 euros par mois. Leur affection dépendra ensuite de leur classement. Ils seront ensuite affectés à un poste de police judiciaire, du maintien de l’ordre, de la sécurité publique générale ou de la sécurité routière. Ils peuvent également atterrir dans des unités opérationnelles administratives ou techniques, selon leur profil.

Mais avant ce début de cycle de carrière, il faudra avoir réussi le concours d’entrée (épreuves écrites à base de synthèse et de langues, puis orales en cas de réussite, sans oublier l’évaluation des capacités sportives). Les candidats proviendront de l’institution gendarmerie, de l’université ou de grandes écoles. Ceux de la société civile devront remplir quelques critères. «  Il faut être âgé de 27 ans au plus au 1er janvier de l‘année du concours, puis être titulaire d’un master 2 et ne pas avoir de casier judiciaire  », explique l’adjudant chef Christophe Malarme, du centre d’information et de recrutement de la gendarmerie de Picardie. Certains dossiers, selon le profil des candidats étudiants, peuvent éviter le concours et être recrutés sur dossier avant de rejoindre l’école de Melun.

Chaque année, une trentaine de candidats, qui ont intégré l’école d’officier, proviennent de l’université et des grandes écoles. C’est le cas de Fanny Cuillerdier, lieutenant et dirigeant la COB de Montdidier, dans le sud de la Somme. Titulaire d’un bac économique et social en 2005 et d’un master 2 en droit, elle a intégré l’école de Melun en 2011 après avoir réussi le concours. À sa sortie, elle a été affectée au commandement de la COB de Montdidier, à l’âge de 26 ans, où elle dirige près d’une trentaine de gendarmes. Un exemple de l’ouverture de la gendarmerie à la société civile.

Source : Le Courrier Picard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.