Elus et gendarmerie : un partenariat efficace

Réception de l'amitié à l'hôtel de ville de Soult / Photo DDM .
Réception de l’amitié à l’hôtel de ville de Soult / Photo DDM .

Le major Alain Chavès qui commandait la brigade de gendarmerie soultoise puis la communauté de brigades de la vallée du Thoré et d’Anglès vient de prendre sa retraite. L’ adjudant-chef Nicolas Vitali lui succède, il a pris ses fonctions mi-août. Tous deux ont été reçus dernièrement à l’hôtel de ville par Daniel Vialelle, maire de Soult, les élus et les responsables associatifs saint-amantais. Une réception informelle, placée ainsi que le spécifiait Daniel Vialelle, sous le signe de l’amitié. «Un témoignage de sympathie» ajoutait-il, en remerciement d’une collaboration fructueuse sur plus de 16 ans. Des relations de bonne intelligence entre gendarmes et élus qui ont permis de dénouer bon nombre de situations épineuses. Récemment, la commune de Soult, qui dispose depuis longtemps d’un garde champêtre, a souhaité nommer un élu référent en charge des problèmes de sécurité, incivilités, dégradations, actes de vandalisme et autres manquements à la loi. Cédric Carme assure cette fonction et rencontre très régulièrement les effectifs de gendarmerie avec qui le relationnel est excellent.

Daniel Vialelle a remis pour l’occasion la médaille de citoyen d’honneur de la ville de Soult au major Alain Chavès, en reconnaissance du travail accompli au service de tous les Saint-Amantais.

L’adjudant-chef Nicolas Vitali a donc pris le commandement de la communauté de brigades mi-août et déclare avoir déjà pu apprécier le professionnalisme de son équipe de 14 personnels qui devrait prochainement accueillir un nouveau gendarme, portant l’effectif à 15. Il arrive de l’Aveyron où il était en poste à Saint-Sernin-sur-Rance. Tarnais d’origine, il avoue sa satisfaction de retrouver son département. Au nom de l’association des amis de la gendarmerie, Jacques Beaulieu, président, leur a remis la médaille départementale sous les applaudissements. Le travail des gendarmes est apprécié de la population, à Saint-Amans mais également sur l’ensemble de leur secteur. Ils ne sont pas dans la répression systématique, mais savent parfois se montrer compréhensifs selon les circonstances. Ce travail de fond est étroitement lié aux relations de proximité avec les élus et personnes référentes. Des relations qui pour être strictement professionnelles, n’en sont pas moins chaleureuses et basées sur la confiance. Et c’est là un atout précieux pour tout le monde.

Source : La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.