École de gendarmerie : Mis tacle Rabit

Nous avons évoqué mercredi dans ces colonnes l’ouverture d’une nouvelle école de gendarmerie dans l’ancienne base aérienne de Dijon (Côte-d’Or). Dans cet article, le conseiller régional (LR) Philippe Rabit regrettait que Châtellerault ne se soit pas positionnée et n’ait pas postulé pour accueillir cet établissement dans la caserne de Laâge, l’école de gendarmerie désaffectée.

Philippe Mis, adjoint municipal à la sécurité, lui répond dans un communiqué qu’il a publié hier : « Entre 2009, date de la fermeture de l’école, jusqu’à aujourd’hui, nous avons répondu à plusieurs appels d’offres, notamment de l’Armée de terre, mais en vain, assure élu. Pourquoi ? Parce que dès 2009 l’État a procédé à la réaffectation des biens meubles de l’école sur d’autres sites de formation (enlèvement du centre de restauration, des cuisines, de la literie, des meubles, des ordinateurs…). L’école ressemblait de facto à une coquille vide et n’était par conséquent plus opérationnelle immédiatement. »
Philippe Mis estime par ailleurs que « si aujourd’hui, le site de Dijon a été choisi, c’est parce que M. Rebsamen, ancien ministre socialiste, en est le maire ».

“ Il ne sert à rien de pleurer ”

Au passage, le sujet tourne à la polémique. « Nous aurions apprécié que Monsieur Philippe Rabit, conseiller régional UMP à l’époque, utilise son influence avec plus de diligence auprès du Président Nicolas Sarkozy ou de la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie, du même bord politique, pour empêcher (la) fermeture (de l’école) », ironise l’adjoint de Jean-Pierre Abelin.
Philippe Mis conclut par ces mots : « Si nous avions tout fait pour empêcher la fermeture de l’école, nous pensons aujourd’hui qu’il ne sert à rien de pleurer sur notre sort et qu’il faut aller de l’avant : la vente imminente du site, négocié à bon prix, en est la preuve et la co-construction du projet de reconversion en collaboration avec les Châtelleraudais en est une autre. »

Source  : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *