Disparition de Maëlys. Les gendarmes ont-ils commis une erreur ?

Les gendarmes n'auraient pas filmé la première garde à vue de Nordahl L. principal suspect dans l'enquête sur la disparition de Maëlys.

Les gendarmes n’auraient pas filmé la première garde à vue de Nordahl L. principal suspect dans l’enquête sur la disparition de Maëlys. | Photo : AFP.

La première garde à vue de Nordahl L., principal suspect dans l’enquête sur la disparition de Maëlys, 9 ans, en Isère, aurait été entachée d’une erreur de procédure, selon Le Parisien. Les gendarmes n’auraient pas filmé l’audition, contrairement à ce que prévoit la loi.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, la première audition de Nordahl L., principal suspect dans la disparition de Maëlys, 9 ans, le 26 août à Pont-de-Beauvoisin (Isère), n’aurait pas été filmée, comme le prévoit pourtant la loi depuis 2007.

C’est ce que révèle Le Parisien, ce mercredi, précisant que le procureur de la République de Grenoble ne confirme pas… mais ne dément pas non plus.

Vérifications d’emploi du temps

Cette garde à vue remonte au 31 août, soit cinq jours après le mariage au cours duquel l’enfant s’est volatilisé.

Devant les gendarmes de la brigade des Abrets-en-Dauphiné, Nordahl L. avait dû clarifier son emploi du temps et notamment justifier son absence pendant la soirée, « sur des créneaux horaires pouvant correspondre à la disparition de Maëlys », indiquait alors Dietlind Baudouin, la procureure de Bourgoin-Jallieu.

Pas mentionné dans le PV

L’article 64-1 du Code de procédure pénale est très clair : « Les auditions des personnes placées en garde à vue pour crime, réalisées dans les locaux d’un service ou d’une unité de police ou de gendarmerie exerçant une mission de police judiciaire font l’objet d’un enregistrement audiovisuel. »

Il peut arriver que le matériel dysfonctionne ou soit tout simplement hors-service, rendant l’enregistrement vidéo impossible. Dans ce cas, « il en est fait mention dans le procès-verbal d’audition qui précise la nature de cette impossibilité ». Ce qui n’aurait pas été le cas, selon Le Parisien.

Recours

Si le suspect était passé aux aveux, ses déclarations n’auraient eu aucune valeur.

L’oubli des gendarmes ne remet pas en cause l’intégralité de la procédure mais pourrait inciter la défense de Nordahl L., mis en examen et écroué pour « arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans », à déposer une série de recours devant la chambre de l’instruction.

Révélations en série

Depuis un mois, les révélations se multiplient autour du suspect. Toutes ne sont pas avérées. Dans le courant du week-end, le parquet a formellement démenti les informations selon lesquelles la voiture du suspect aurait été flashée la nuit du mariage.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.