Disparition de Maëlys : le suspect n’a pas été flashé le soir du mariage

Le procureur de la République de Grenoble a démenti l’information diffusée par « Le Dauphiné Libéré » vendredi 22 septembre.

Des gendarmes déploient deux sonars deployes sur le lac d Aiguebelette pour tenter de retrouver la petite Maëlys,

Des gendarmes déploient deux sonars deployes sur le lac d Aiguebelette pour tenter de retrouver la petite Maëlys, Crédit : ALLILI/SIPA
Près de quatre semaines après la disparition de la fillette de 4 ans, l’affaire Maëlys a connu un nouveau rebondissement ce samedi 23 septembre. Contrairement à l’information de nos confrères du Dauphiné Libéré, que nous avons relayé vendredi, le véhicule du suspect mis en examen n’aurait pas été flashé par un radar automatique la nuit de la disparition de Maëlys.

C’est le procureur de la République de Grenoble qui a « catégoriquement » démenti cette information ce samedi, rapporte Le Parisien. Après avoir indiqué « que le mis en examen bénéficie de la présomption d’innocence », le procureur Jean-Yves Coquillat, « invite fermement les journalistes à respecter ce principe fondamental de notre procédure pénale ».

Quelques semaines après le retour de l’affaire du petit Grégory, le magistrat a tenu à rappeler « les exemples d’affaires anciennes ou récentes, et les dérives qui ont eu lieu, ainsi que les drames parfois entraînés par celles-ci, doivent être présents à l’esprit de chacun ». « Avant la recherche du ou des auteurs de ce crime, chacun doit avoir conscience que le premier but de l’enquête reste la découverte de la victime et doit veiller à ne pas compromettre la difficile tâche des juges et des enquêteurs », a-t-il conclut.
Maëlys, 9 ans, a disparu dans la nuit du 26 au 27 août lors d’une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin, dans l’Isère. Un homme de 34 ans, suspecté de l’avoir enlevée, a été mis en examen et écroué alors qu’une trace ADN de la fillette a été relevée dans son véhicule.
Source : RTL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.