« Des moyens de protection complémentaires pour les casernes de gendarmerie »

Au lendemain de l’incendie, à Meylan. Photo Le DL/Amir ELGHOUL

Au lendemain de l’incendie, à Meylan. Photo Le DL/Amir ELGHOUL

Ils avaient déjà écrit au ministre de l’Intérieur, c’était le 19 septembre dernier et c’était, déjà, pour l’alerter sur “la dégradation de la situation sécuritaire de l’agglomération grenobloise”. Depuis ce courrier, il y a eu deux attaques contre la gendarmerie dans le département : le 21 septembre à Grenoble, le 26 octobre à Meylan “et nous avons aussi à l’esprit l’incendie apparemment criminel du véhicule d’un agent de police municipale de Gières, survenu ce week-end”.

Alors, “parce que nous sommes inquiets de la recrudescence sur l’agglomération grenobloise de cas de violences graves à l’encontre des forces de l’ordre” et parce que “le pire est à craindre si la tendance devait se poursuivre”, les députés LREM isérois Émilie Chalas, Jean-Charles Colas-Roy et Olivier Véran ont une nouvelle fois écrit, ce mardi, à Gérard Collomb, pour demander “des moyens de protection complémentaires pour les casernes de gendarmerie de l’Isère”. En effet, “lors de nos visites de terrain, nous nous sommes étonnés du faible niveau de protection des casernes.  Leurs clôtures ont pu être découpées avec une simple pince et les sites ne sont que très rarement équipés de vidéo-protection. C’est pourquoi nous en appelons à votre intervention pour que des moyens puissent être déployés, d’une part pour aider au remplacement ou à la réparation du matériel et des locaux détruits, mais aussi pour que des mesures de protection adaptées au niveau de risque de chaque site puissent être mises en œuvre dans les meilleurs délais sur l’ensemble des casernes. Un renforcement des mesures de protection passive (vidéo-protection, caméra de détection, lecteur automatique de plaques minéralogiques, radar Doppler ou renforcement des clôtures par exemple) ainsi que le renforcement des équipes de surveillance des casernes, nous semblent des options à considérer”.

Source : Le Dauphiné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.