Des gendarmes supplémentaires pendant l’été

Douze gendarmes mobiles renforcent l'effectif de la compagnie de Quimperlé, ainsi que des reservistes.

Douze gendarmes mobiles renforcent l’effectif de la compagnie de Quimperlé, ainsi que des reservistes. |

Douze gendarmes mobiles et des réservistes viennent renforcer l’effectif de la compagnie de gendarmerie durant la saison estivale, jusqu’au 31 août. Au programme : présence, prévention et répression.

Pourquoi ? Comment ?

Combien de gendarmes sont arrivés en renfort ?

Douze gendarmes mobiles sont arrivés de l’escadron 42/3 de Lucé (Eure-et-Loir, 28). Ils ont pris leurs fonctions le 17 juillet et travaillent à Quimperlé jusqu’au 31 août. Ils viennent compléter les réservistes et l’effectif habituel de la compagnie de gendarmerie de Quimperlé. Sur les douze réservistes , six travaillent pour le Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (le Psig), deux à la communauté de brigades Quimperlé-Arzano et quatre sont basés au poste de surveillance du Pouldu. Deux réservistes renforcent la gendarmerie de Quimperlé, un le poste du Pouldu, deux sont basés à Moëlan et deux à Pont-Aven.

Quelle est leur mission ?

« Il s’agit avant tout de prévention, explique le capitaine Thierry Brison, adjoint au commandant de la compagnie. Ils renforcent les effectifs dans les communes et leur rôle primordial est la prévention. Comment ? En multipliant les patrouilles à l’échelle du territoire de la compagnie, en particulier la nuit. » Ils jouent aussi un rôle d’assistance et surveillent les maisons dans le cadre de l’opération « tranquilité vacances », qui parle de plus en plus aux gens : « Chaque année, nous avons de nouvelles personnes qui nous contactent pour qu’on surveille leur habitation pendant leurs vacances », assure Thierry Brison.

Quelles sont leurs autres fonctions ?

La répression, en particulier la police de la route et les délits de droit commun. « Nous augmentons les contrôles pour lutter contre des situations graves, notamment une recrudescence d’accidents liés à la consommation d’alcool depuis quelques semaines, mais aussi liés à la prise de stupéfiants » détaille le capitaine.

Comment sont-ils répartis ?

Chaque patrouille est composée de gendarmes issus de l’effectif traditionnel, de réservistes et de gendarmes mobiles. Ce système présente deux gros avantages : il y a toujours un gendarme qui connaît le secteur d’intervention et la rapidité d’intervention est plus grande.

Source : Ouest France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.