Derrière les nuages il y a toujours le soleil !

89819820_3164347250283470_784669312135725056_n

Ce 18 mars 2020 nous entrons dans une période que notre pays n’a jamais connue dans son histoire. À quelques exceptions près la quasi-totalité de la population est contrainte de réduire ses déplacements au strict nécessaire et de rester à domicile.
Ces consignes qui doivent dès aujourd’hui être appliquées strictement ne sont pas une option dont il est possible de s’exonérer pour différents motifs quels qu’ils soient, non prévus par le décret publié au Journal Officiel.

Nous vivons la crise sanitaire la plus grave depuis la grippe espagnole de 1918 qui a causé près de 50 millions de morts dans le monde.
La propagation de ce virus ne peut être ralentie puis stoppée qu’au prix des mesures drastiques qui ont été prises et à leur stricte application par chacun d’entre nous. C’est capital et en effet cela réduit nos libertés individuelles ce qui constitue pour certains un apprentissage douloureux mais je pense qu’il est essentiel voire salutaire pour l’avenir.

En analysant objectivement le cours des événements et le traitement de la crise ces deux derniers mois quelques commentaires me viennent à l’esprit.

En janvier la ministre de la santé écartait le risque en provenance de Chine et minimisait les conséquences pour notre pays. Cela prouve que l’évaluation scientifique du risque pour notre territoire a été déficiente. Il sera essentiel de comprendre pourquoi alors même que les assurances étaient données à la population sur la modélisation de la propagation dans notre pays. Aujourd’hui l’ancienne ministre laisse planer des doutes sur la validité des décisions prises.

Nos responsables politiques ont eu, à plusieurs reprises, vis à vis des pays frappés par la crise en particulier la Chine et l’Italie des commentaires inappropriés et arrogants sur les mesures mises en œuvre pour lutter contre le COVID-19. Cela laisse perplexe sur la lucidité de leurs auteurs et a provoqué chez moi un malaise tant ces propos étaient déplacés et injustifiés d’autant que notre propre capacité d’anticipation a été quasiment nulle.
Je n’évoquerai pas dans le détail la question des masques et du gel hydroalcoolique dont la gestion est à elle seule un terrible fiasco.

La décision de confinement a été prise tardivement et dans une cacophonie assez surprenante. Le ministre de l’éducation lui même assurait ne pas devoir fermer toutes les écoles en stade 3 contrairement aux Italiens et quelques jours après le Président de la République annonçait le contraire.

Le premier tour des élections a été organisé alors même que des scientifiques et des acteurs de terrain demandaient instamment de ne pas le faire. Cette décision de maintenir a été, hélas, prise au regard de considérations politiques et non pas de santé publique. Comment peut on expliquer devant la Nation que cette décision ait été prise après avoir consulté toutes les forces politiques qui ont approuvé unanimement le maintien ?
Il aurait été préférable qu’une décision soit justifiée par l’avis d’un comité élargi d’experts de la santé publique car dans ces circonstances il ne fallait pas se tromper d’objectif: sauver la vie des Français et non pas avoir de nouveaux élus.

Seule l’appréciation des priorités puis les décisions dans l’intérêt des Français consacrent les hommes d’Etat, pas les déclarations publiques devant une caméra.

Ces quelques observations, beaucoup de Français les ont faites, comme moi, avec simplement du bon sens, celui qui manque tant dans le débat public.

Mais pour l’heure et pour quelques semaines chacun doit veiller à appliquer strictement les consignes en manifestant dès que possible des gestes de solidarité envers ceux qui sont encore plus fragilisés par cette situation.

Cela ne nous empêche pas de rester vigilants sur les choix qui seront faits par nos responsables publics car malgré les apparences ils ont une pratique étrange de la transparence et de la « sincérité ».
Le temps viendra de nous en souvenir mais désormais seul le retour à la responsabilité individuelle et à la vraie solidarité doit rassembler la Nation française.

J’ai une pensée toute particulière pour les personnels de santé, soignants et auxiliaires, particulièrement exposés qui sont mobilisés depuis le début de la crise et pour de nombreuses semaines et pour tous ceux qui continuent à assurer les besoins vitaux de notre société.
Je souhaite également bon courage et apporte mon soutien aux forces de sécurité qui continuent de veiller sur nous, ainsi qu’aux militaires et aux pompiers qui assurent leurs missions en toutes circonstances.

Prenez soin de chacun de vous et de ceux qui vous entourent en respectant toujours les précautions des gestes barrière.
Et portons collectivement dans nos pensées toutes les victimes du virus et leur famille.

Derrière les nuages il y a toujours le soleil !

Bertrand Soubelet

 

Bertrand Soubelet est un général français de la Gendarmerie nationale, Il se fait connaître en 2013, à la suite de ses déclarations mettant en lumière les difficultés quotidiennes de la gendarmerie pour lutter contre la délinquance, en évoquant celles de la justice avec une grille de lecture sans concession. Sous la pression politique, il est alors muté, puis, une fois mis à l’écart de la scène publique, perd ses fonctions. (Source : Wikipédia )

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.